Dernier grand moment attendu de la campagne présidentielle : le débat ce soir entre les deux candidats, le premier depuis 12 ans. Cette confrontation peut-elle constituer un tournant ? Aussi sûrement qu'"un coup de dé jamais n'abolira le hasard", un débat entre deux candidats à la présidentielle, jamais dans l'histoire de la Vème république, n'a changé le cours d'une campagne. Mais "jamais" ne veut pas dire à jamais. Et évidemment, celle qui aujourd'hui apparait en situation de challenger, veut croire qu'elle peut renverser l'ordre des choses. Parce qu'une audience record est attendue ce soir à la télé, on parle de 20 millions de spectateurs. Parce que leurs deux personnalités sont si "clivantes" qu'elles peuvent attirer ou détourner sur cette seule émission peut-être, les téléspectateurs/électeurs. Parce qu'en 10 jours de campagne, elle n'a fait que grignoter l'électorat centriste sans parvenir à inquiéter vraiment son adversaire ; Ségolène Royal va devoir jouer ce soir son va-tout. Pour marquer des points, elle sera sans doute à l'offensive, s'essayant à faire sortir de ses gonds son concurrent. Sarkozy énervé quelle aubaine. Elle tentera aussi de le prendre en défaut sur son bilan, et puis, elle le confrontera sans doute à ce qui fait clivage entre elle et lui, programme contre programme. Le risque, c'est qu'elle doit prendre tous les risques, et passer deux heures sur une ligne de faille avec l'abîme en dessous, forcément, il y a un moment où l'on peut tomber. Nicolas Sarkozy doit surtout lui, asseoir sa position de favori. Il va tenter de conforter l'image de l'homme qui a déjà les habits présidentiels. Il devrait rester plutôt sur la défensive - ça pourrait lui éviter l'agressivité espère un de ses amis, qui s'inquiète par ailleurs de son attitude face à une femme. "Il n'a pas de rapports simples avec les femmes en général" dit-il. Trop sûr de lui ou dominateur, il va devoir se méfier de lui-même. Comment les deux candidats se sont-ils préparés à cette épreuve ? Officiellement, aucune préparation. Longue campagne, "bêtes" de télé, ils sont rôdés affirment leurs entourages. En réalité, ils se préparent comme des sportifs à une compétition de haut niveau. Jogging quotidien pour Nicolas Sarkozy, galvanisation par les foules plutôt du côté Royal, Charléty hier l'a transportée parait-il. Ils ont surtout visionné des heures de débat de l'un et de l'autre. Les "100 minutes pour convaincre" de Nicolas Sarkozy pour Ségolène Royal, les débats pour l'investiture socialiste et celui avec Bayrou pour le candidat de l'UMP. Leurs équipes respectives leur ont fourni des fiches, chiffres, élements de langage, pointage des faiblesses de l'adversaire. Des sparring partners les ont aidés à s'échauffer, avec des transfuges de la gauche pour Sarkozy, Eric Besson ou Bernard Tapie. Enfin, des formules secrètes ont été préparées. Vous savez ces formules auxquelles on réduit souvent l'issue du débat "homme du passé, homme du passif" contre "monopole du coeur". Qui ce soir saura faire mouche ? Qui d'un regard, d'un geste, d'un dernier argument remportera les faveurs des quelques centaines de milliers d'électeurs qui peut-être feront la différence dimanche ? Dernière épreuve en tout cas de la campagne, cette scène commune entre les deux candidats qui évidemment se préparent chacun, à jouer à partir de dimanche, le rôle de leur vie.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.