**Lundi, François Fillon avait émis des réserves à l'égard du débat sur la place de l’islam en France et puis il l’a finalement défendu hier à l’Assemblée… Alors, quel est le Fillon sincère? Celui de lundi ou celui de mardi ?Aucun ou les deux… En politique, si on est finaud on peut se contredire sans être incohérent… On a coutume de dire que les mots sont des armes, ici les mots sont des extincteurs. Il s’agit de remplacer débat sur « l’islam » par débat sur la « laïcité » pour espérer ainsi calmer tout le monde. Il y avait urgence. On ne rappellera pas la liste des personnalités de la majorité ayant publiquement pris leurs distances avec cette idée de débat sur la place de l’islam en France. Les parlementaires revenus de vacances ou de week-end dans leurs circonscriptions ont fait part de l’incompréhension de leurs concitoyens ou des risques de dérives que ce débat pouvait entraîner. Est-ce à l’Elysée ou à Matignon qu’en fin de semaine dernière on a, du coup, décidé d’enterrer discrètement ce débat raté d’avance? Toujours est-il que la décision était déjà appliquée ce weekend lors des émissions politiques dominicales. Eric Besson, qui était pourtant l’un des seuls promoteurs zélés de ce débat, nous a précisé, dans Dimanche Soir Politique sur France inter qu’on avait mal compris, qu’il ne s’agissait pas d’un débat sur « l’islam » mais sur la « laïcité ». La différence entre les deux c’est un peu, en termes de respectabilité, comme la différence entre un film porno et un documentaire sur la reproduction des grands singes… depuis ce week-end le moindre ministre qui prend la parole sur ce sujet remplacent le mot « islam » par « reproduction des grands singes », enfin, « laïcité ». Jean-François Copé n’a pas fait autre chose devant Pascale Clark hier. Le Fillon du lundi, pour bien appuyer là où ça fait mal et souligner l’inanité ou la dangerosité du débat sur l’islam (petit coup de pied en passant au Président...) a commencé par le condamner avant de dire tout le bien, mardi du débat sur « la laïcité ». Bon, et en quoi consisterait alors ce débat sur la « laïcité » ?En rien du tout ! C’est ça la ruse. Il n’y a aucun débat sur la laïcité puisque tout le monde est d’accord. Il faut simplement trouver les moyens de la faire respecter. La seule question éventuellement qui aurait pu être soumise à débat (et qui ne le sera pas) on en a déjà parlé, c’est la question de savoir s’il faut toucher à la loi 1905 pour faciliter l’aide publique au financement des Mosquées ! Le président n’est plus pour (Sarkozy ministre de l’Intérieur et promoteur d’une laïcité dite positive y était favorable mais c’est fini), aucune personnalité de poids ne le propose. Seul le ministre du logement Benoist Apparu s’est dit ouvert à cette éventualité. A gauche, ils sont peu nombreux à y être favorables, et encore de façon très limitée. Donc, hier à l’Assemblée, le Fillon du mardi a répondu à une question inquiète émanant de sa majorité sur la teneur du débat sur « l’islam », que tout allait bien puisqu’il s’agit d’un débat sur « la laïcité », moi je réponds à la question : "Est-ce qu'il est nécessaire de réévaluer le principe de laïcité pour tenir compte des évolutions de la société ? la réponse que nous apportons, c'est oui", effectivement ! Personne ne peut répondre « non » à cette question est-il nécessaire de réévaluer la liberté, l’égalité, la fraternité… la laïcité ? Oui ! Fastoche… pour tuer un débat en douceur, rebaptisez le du nom d’un consensus. Et hop, « sous le tapis ».**

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.