**Aujourd’hui dans les préfectures, doit s’ouvrir le débat lancé la semaine dernière par Eric Besson et le Président de la République sur l’identité nationale.Oui, et c’est déjà une opération plutôt ratée parce que…s’il y a un début de débat c’est plutôt sur l’opportunité d’un tel débat plus que sur la question posée. En fait, tout le monde a compris : le débat est censé durer deux mois et demi et les régionales sont dans trois mois ! En réalité ce procédé, usé jusqu’à la corde, rappelle la façon dont François Mitterrand agitait l’idée du droit de vote des immigrés avant les élections (sans jamais vraiment oser le proposer) pour hystériser le débat et favoriser le Front National afin de gêner l’UDF et le RPR de l’époque. Là, il s’agit de provoquer une réaction grégaire d’une droite qui a bien des motifs de se démobiliser. Alors le week-end dernier le ministre le plus exaspérant pour la gauche fait une proposition censée être choquante. Puis le Président, devant des agriculteurs, a répété un discours dans lequel il dit que la « terre » est un élément de l’identité nationale. Soit…mais pour bien souligner ce qu’il pourrait y avoir de polémique, il pointe, lui-même la supposée transgression…il dit « terre », « j’ose le mot », « je n’ai pas peur de le dire ». C’est gros comme un câble d’arrimage de porte-avion ! Le Président voudrait que l’opposition (et les commentateurs, puisque maintenant, parait-il c’est pareil)…montent sur leurs grands chevaux ! Et disent « quoi ! L’identité nationale, la terre… donc c’est du néo-pétainiste, il nous refait ‘la terre ne ment pas’ » Il faudrait que l’on confonde Emmanuel Berle, la plume du Maréchal, et Henri Guaino … hé bien non… le discours de Nicolas Sarkozy n’es pas celui du Maréchal Pétain ! Il nous reste encore une once de discernement. Et pourquoi le Président voudrait que l’on compare son discours à celui de Pétain ?!He bien parce qu’avant, quand ces débats arrangeaient la gauche aussi pour les mêmes raisons grégaires… ça marchait. Vous remarquerez d’ailleurs que l’Humanité crie au pétainisme…L’intérêt de la majorité serait que la gauche (plus les commentateurs) plonge dans la caricature, pour que les outrances anti-sarkozystes créent un réflexe de mobilisation de l’électorat classique, du noyau de l’UMP. Une stratégie signée (et très datée) du conseiller officieux Patrick Buisson qui, parait-il, tanne Eric Besson depuis des semaines pour qu’il parle de la Nation. Mais on n’impose pas, comme ça un débat d’en haut sans qu’il ait, ni projet concret sur lequel s’écharper, ni attente particulière de l’opinion sur la question. Et puis, le fait de dire que la « terre » fait partie de ce que nous sommes n’est, en soi, pas choquant. L’identité Française (on peut ressortir Renan ou Braudel) ce sont d’abord les valeurs républicaines bien sur, ça n’a rien d’ethnique, mais c’est aussi et quand même l’histoire, la langue, les terroirs. On connaît tous, même sans le savoir, la cartographie scolaire, les hexagones de Vidal de la Blache et la plupart des français ont au moins un arrière grand père qui était paysans. Alors, on ressent peut être le besoin –en ce moment- de réaffirmer les valeurs républicaines, l’égalité, la fraternité, pour que les français issus de l’immigration se sentent plus français. Besoin de réaffirmer la laïcité aussi pour combattre le communautarisme. Ça pourrait passer par une vraie politique de mixité sociale si l’on veut vraiment parler géographie ! Tout ça a déjà été largement débattu. D’ailleurs Nicolas Sarkozy dit qu’il a été élu pour défendre cette identité. C’est donc qu’il sait ce qu’elle est ! Il parle de la « terre » aujourd’hui mais il a aussi dit ceci : C’était le 24 aout 2007, je cite, « chaque fois qu’une personne est poursuivie ou maltraité dans le monde, pour moi, elle est française parce que la France est la patrie des droits de l’homme ». A-t-on vraiment besoin d’en débattre en préfecture. Peut-être plutôt dans les consulats, celui d’Afghanistan par exemple, mais ce n’est pas la tendance actuelle.**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.