Ce matin vous vous intéressez à une initiative pour régler le problème des repas de substitution à la viande de porc dans les cantines.

Avant de parler de cette idée, développée par Yves Jégo, le maire UDI de Montereau en Seine et Marne, soulignons d’abord que ce que l’on appelle le « problème » des repas de substitution est un problème largement créé par une poignée de maires pour des raisons politiques, pour se distinguer au sein de leur parti, Les Républicains, comme, ces derniers mois, le maire de Chalon-sur-Saône. Le sujet des repas de substitution est l’un des avatars de la surenchère droitière et clivante pour tenter d’endiguer la fuite des électeurs vers le FN. En dépit de la proposition évoquée par Nicolas Sarkozy de faire supprimer les repas de substitution dans toutes les cantines pour lutter contre le communautarisme, dans la quasi-totalité des cas, les maires (les Républicains, comme les autres) n’ont, en réalité, aucune difficulté, ni d’ordre matériel ni de conscience, à proposer, aussi, du poulet ou du poisson le jour où il y a du porc. Rien que l’énoncé de cette solution évidente montre à quel point la question est dérisoire et que sa force symbolique et médiatique est toute artificielle. Rappelons qu’aucune organisation religieuse, aucun groupe de pression confessionnel faisant autorité, ne réclame qu’une école publique fournisse de la viande halal ou casher, comme peut le laisser croire cette polémique. Ce serait là, bien sûr, une demande communautariste inacceptable…mais ça n’existe pas. C’est donc un faux problème dans la vraie vie, devenu un vrai problème politique par la volonté manipulatrice de certains !

Alors quelle est l’idée d’Yves Jégo pour en finir avec cette question ?

Et bien, tout simplement, de proposer tous les jours, en alternative au repas habituel, un repas végétarien. Avec toutes les protéines nécessaires. Cette proposition, sous forme de pétition, a déjà reçu le soutien de plus de 110.000 signataires de toutes tendances politiques. Cette solution permettrait aux élèves d’être sensibilisés à la question de la surconsommation de viande, un problème (réel celui-là) écologique, et permettrait d’offrir une solution simple et claire à tous les interdits religieux, bref de retirer Dieu des assiettes de nos enfants. La laïcité doit être « dédramatisante », s’adapter en douceur sans non plus se compromettre ni baisser la garde. L’initiative d’Yves Jégo est une solution qui répond à ces critères. Il trouve une vraie solution à un faux problème… c’est déjà ça ! Mais, j’y pense ! Il y a un détail que n’a pas vu Jégo… les religions sont pleine de ressources et d’une imagination débordante. Vous connaissez les Yezidis ? C’est une minorité religieuse du Moyen-Orient. Ils ne sont pas nombreux mais ils sont persécutés par l’État Islamique et certains d’entre eux (les plus traditionnalistes) ont un interdit religieux précis : la salade ! Véridique. Le diable est paraît-il dans la laitue ! Si des Yezidis trouvent refuge en France, promis, la République laïque, bonne fille, fera un effort d’adaptation et trouvera une solution. À croire que c’est Benoît Poelvorde qui avait raison hier à ce micro : Dieu tient vraiment à emmerder le monde !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.