Heureux comme un président qui ne se représente pas…

Frédéric Métézeau

Bernard Cazeneuve à ce micro hier matin et l’entourage de François Hollande dans des confidences nous l’assurent : le chef de l’Etat ne regrette pas sa décision… Passés 2-3 jours difficiles, il est pleinement à sa tâche et le sera jusqu’au bout... Il l'a rappelé dans ses vœux, des vœux réussis dans la posture et sur le fond, comme si François Hollande était libéré d’une éventuelle campagne qui l’aurait obligé à bourrer son agenda et à descendre de son piédestal… Il y aurait donc une sérénité, presque un soulagement pour un président à voir le pouvoir s'éloigner… « Le temps passé à faire campagne, c’est ça de moins passé à travailler » reconnaissait Nicolas Sarkozy pendant la campagne de 2012… Un Sarkozy jamais aussi crédible que quand il fait ses adieux...

Pourquoi est-ce si dur d'être Président et de faire campagne ?

Parce que le cocktail quinquennat / mille-feuille territorial / réseaux sociaux et information a transformé la vie politique en campagne perpétuelle : 7 scrutins sous le quinquennat Sarkozy, 5 sous le quinquennat Hollande sans compter les primaires… Et comme le président est devenu de fait le chef de la majorité, lui aussi est de fait en campagne permanente et quand arrive la fin de son mandat, il est rincé…

Alors pourquoi pas un mandat unique pour être dégagé d'une campagne de réélection ? Et pourquoi pas un mandat de 7 ans ? Car le temps-long est nécessaire dans les vieux Etats-Nations démocratiques... Dans ce monde complexe et saccadé où les dirigeants autoritaires Poutine, Erdogan, Xi Jinping où les dirigeants des grandes institutions type OMC, FMI, Commission Européenne ou Nations Unies peuvent effectuer, des longs très-longs mandats...

Le septennat unique : cette proposition est-elle à l’agenda de la campagne présidentielle ?

Le premier à en avoir parlé, c’est Xavier Bertrand… Depuis l’idée a été reprise et défendue par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, par Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan mais aussi par Claude Bartolone et Gérard Larcher présidents de l’Assemblée et du Sénat, par Bernard Accoyer le nouveau patron des Républicains, par Jean-Pierre Raffarin ou Cécile Duflot… Mais pour François Fillon, c’est une idée d’apparence sympathique mais une très très mauvaise idée car selon lui, « le peuple n’aurait plus aucun contrôle sur lui »… C’était aussi la position de Bruno Le Maire opposé au mandat unique. Signalons que depuis, François Fillon a annoncé qu’il s’appliquerait à lui-même un quinquennat non-renouvelable (comme Alain Juppé et Nicolas Sarkozy l'avaient promis)... Mais revenons sur cette idée du Président "hors-de-contrôle"… En cas de septennat non-renouvelable, les électeurs auraient bien sûr un contrôle sur le chef de l’Etat avec au bout de 5 ans des élections législatives pour sanctionner son début de mandat ou, au-contraire, reconduire sa majorité… C'est tout de même un sacré contrôle...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.