Depuis Marseille, Carine Bécard.

C'est grâce aux électeurs de gauche que Christian Estrosi est devenu président de la région PACA... Reste à savoir maintenant, quelle place il réserve au Parti socialiste ?

Oui, et pour l'instant - 3 mois à peine après cette élection - les choses manquent encore de clarté. La preuve : avec la conférence territoriale... Certes, Christian Estrosi a mis sur pied cette nouvelle assemblée, comme il s'y était engagé entre les deux tours du scrutin régional mais le PS n'y dispose pas du tout de l'espace qu'il pensait y trouver... Initialement, à l'heure des tractations, la droite avait promis à la Gauche une structure d'un "genre nouveau", qui devait permettre aux socialistes - tout en se désistant, et donc en disparaissant de la vie politique -, d'exister et surtout d'être consultés sur tous les grands projets... ' Finalement, ce sont 120 personnes qui siègent dans cette "Conférence territoriale"... Et qu'il s'agisse d'un représentant de la société civile, d'un écologiste indépendant qui a fait 4% aux dernières élections ou d'un socialiste qui en a fait 17... Tout le monde est mis sur un même pied d'égalité... Ce qui signifie que si Christian Estrosi avait voulu affaiblir son nouvel allié - celui, qui lui a permis de gagner - le parti socialiste... eh bien, il ne s'y serait pas pris autrement...

Donc le pacte est déjà rompu entre la droite et la gauche en PACA?

Non, absolument pas...

Ce qui est vrai en revanche, c'est que le président Estrosi ne veut pas donner à ses ex-adversaires socialistes, plus de poids qu'ils n'en ont réellement ! Or, le PS en Provence-Alpes-Côte-d'Azur a presque totalement disparu... Voilà la situation... C'est tout le problème de la Gauche, et toute la chance du patron de la région... Dans le Var et dans les Alpes-Maritimes par exemple, le socialisme est pour ainsi dire rayé de la carte... Même chose ou presque dans les Bouches-du-Rhône et dans le Vaucluse. Qu'est-ce qui reste? Les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes... Oui, dans ces deux départements, le PS parvient encore à résister mais pour combien de temps?! Bref, la Gauche en PACA - d'élection en élection - se dissout... Et cela n'a évidemment pas échappé à Christian Estrosi... Il a eu besoin des voix de la gauche pour être élu, mais il sait aussi que sans lui aujourd'hui le PS - ici - n'existe plus...

Donc, si la gauche n'a plus les moyens de négocier, quelle place le président de la région va-t-il lui accorder?

A priori, la Droite de Provence-Alpes-Côte-d'Azur a tout intérêt à continuer de tendre la main à la gauche, de l'écouter et même de l'inclure dans certains de ses projets... Car son objectif - à la droite toujours - est de transformer le PS, en un parti "satellite" c'est-à-dire en un mouvement d'appoint - un allié parfait - qui resterait dépendant du parti "Les Républicains" et qui lui permettrait de remporter les élections face au Front national... L'équivalent en quelque sorte des Verts et des communistes pour le Parti socialiste...

En réalité, la Gauche social-libérale est déjà prête en PACA à travailler avec la droite démocratique... Une "Alliance des réformateurs" avant l'heure, en somme... mais elle ne semble pas encore aller de soi pour le très conservateur Christian Estrosi...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.