C’est un rapport signé du sociologue Eric Keslassy de l’institut Diderot intitulée Une Assemblée Nationale plus représentative ? avec un point d’interrogation…

Illustration pour "Histoires politiques"
Illustration pour "Histoires politiques" © Radio France

L’auteur passe au crible les députés élus en juin dernier et le constat est sans-appel, on peut faire sauter le point d’interrogation du titre, oui aujourd’hui l’Assemblée est plus représentative de la société française… L’hémicycle a été renouvelé aux trois-quarts, l’âge moyen des députés a baissé de 6 ans à 48 ans et 8 mois, c'est l'Assemblée la plus jeune de la Vème République, seuls 1958 et 1981 avaient vu le Palais-Bourbon passer sous les 50 ans, confirmation qu’en France les grands bouleversements politiques correspondent à de grands bouleversements démographies… Les groupes les plus jeunes : République En Marche et France Insoumise... Les plus vieux : la droite et le PS...

La parité progresse… 39% de femmes députées contre 26 et demi auparavant… Elles étaient 1,3% en 1958,  11% en 97… Mention spéciale encore aux Marcheurs et aux Insoumis de loin les groupes les plus féminins…

Plus délicat : comment mesurer la diversité ?

Le chercheur parle de « pluralité visible » pour les personnes issues d’une immigration non-européenne et celles originaires des outre-mers élues en métropole… 3 critères pour les identifier : le lieu de naissance, la couleur de la peau et les patronymes… Ils sont aujourd’hui 34 contre 11 précédemment… La diversité est la plus marquée (mais seulement à 8% des effectifs) à la République En Marche et au MODEM... 

En revanche Eric Keslassy remarque qu'en termes socio-économiques, la nouvelle Assemblée ressemble toujours aussi peu à la société... Il n'y a plus d'ouvrier député, il y en avait encore un en 2012... Les trois-quarts des élus sont cadres et professions intellectuelles supérieures, les "classes populaires" (employés et ouvriers) regroupent moins de 6% des députés alors qu'elles regroupent presque la moitié de la population active... 

Selon l'auteur il existe un "cens caché" dans l'accès au mandat public... Cens C.E.N.S... Ce sont les contribuables les plus riches qui ont le plus de chances d'être élus explique-t-il cela "suppose de détenir un capital économique élevé, un puissant capital scolaire et un fort capital social"... 

Le rapport tord le cou à l'idée d'une "société civile" entrée en masse à l'Assemblée... "il faut se méfier du marketing politique de la République En Marche" qui présente comme société civile les seules personnes jamais élues et exclut les ex-collaborateurs parlementaires, les ex-conseillers ministériels, les permanents de partis ou les électeurs très politisés... Selon son rapport seul un gros tiers des candidats Marcheurs étaient "complètement novices et sans aucune trace de politisation"... En conclusion Eric Keslassy note qu'une aspiration forte de l'opinion publique a été "globalement satisfaite" mais il rappelle que ces nouveaux venus ne seront crédibles qu'en améliorant les choses notamment le chômage... 

Nouveau visage donc mais vieux problèmes !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.