Thomas Legrand revient sur une grosse bourde de Jean Castex. Bourde passée sous les radars d’une actualité tellement lourde. Bourde ou expression d’une pensée réflexe sur la colonisation, d’un état d’esprit qui s’installe ?

Jean Castex
Jean Castex © AFP / Martin BUREAU

Voici ce qu’a dit le Premier ministre. ‘Je veux dénoncer toutes (...) les justifications à cet islamisme radical - nous devrions nous autoflageller, regretter la colonisation, je ne sais quoi encore ?’ Autrement dit, regretter la colonisation serait s’auto-flageller ! 

Pourtant Emmanuel Macron, dans une attitude diamétralement opposée, avait qualifié la colonisation de ‘crime contre l'humanité’, en février 2017. Il avait promis que la France ‘regarderait ce passé en face’. Une fois élu, il avait dit également, pour bonne mesure, en novembre 2017, devant des étudiants à Ouagadougou, que si la colonisation avait été porteuse de crimes, il faut aussi maintenant passer à autre chose et ne pas faire de la colonisation la cause de tous les malheurs actuels de l’Afrique. 

Pour passer à autre chose, ne faut-il pas d’abord être au clair avec son passé ? C’est dans ce cadre que le président avait demandé à Benjamin Stora, historien des rapports entre l’Algérie et la France, de réfléchir à des initiatives pour que la France reconnaisse enfin ses crimes coloniaux : massacres de Sétif de 1945 par exemple, abus des essais nucléaires dans le Sahara, entre autres ! L’idée serait aussi d’amener l’Algérie à ouvrir les yeux sur sa responsabilité dans certains massacres et à arrêter d’instrumentaliser l’histoire comme elle le fait depuis 1962. On est très loin des propos de Jean Castex. Benjamin Stora, interloqué dimanche soir, a été rassuré par L’Elysée, d’autant que ce rapport doit être rendu avant décembre. La ligne reste bien celle qui correspond à sa lettre de mission.  

La position d’Emmanuel Macron est en fait l’aboutissement d’un long processus 

Oui Nicolas Sarkozy n’était certes pas fan de repentance (quand il s’adressait à ses sympathisants) mais il avait été très clair (dans son discours de Constantine en 2008) sur la responsabilité néfaste de la France lors de la colonisation. 

Jacques Chirac, avant lui, souhaitait ouvrir les yeux (comme il le fit pour l’esclavage) sur l’histoire sombre de la colonisation. Efforts ruinés par une loi votée en 2005 qui disait ceci : ‘les programmes scolaires reconnaissent le rôle positif de la présence française en Afrique du Nord’. 

Loi abrogée ensuite. Ce fut la dernière fois –heureusement !- qu’une loi s’est occupée de faire de l’histoire à la place des historiens. Jean Castex qui se dit gaulliste social, oublie qui a décolonisé en 1962... Ou alors, comme beaucoup en ce moment, il se laisse imprégner par la Zemmourisation quotidienne

La remise du rapport Stora sera l’occasion de clarifier les choses, parce que ce n’est pas la peine de demander constamment à toute une jeunesse d’aimer la république, de cesser d’être tanké dans une posture victimaire de colonisés, si la république, elle-même, n’est pas capable de se mettre au clair, une fois pour toutes, avec les crimes de la colonisation.  

L'équipe