Oui et on dirait bien que cette semaine, Alphonse Allais est à l’honneur, peut-être pour célébrer le 90e anniversaire de sa mort. Hier nous citions la phrase très allaisienne deFrançois Rebsamen … je vous la redonne, je ne m’en lasse pas «Les chômeurs d’aujourd’hui se préparent à être les salariés de demain ». Toujours dans la veine de l’écrivain journaliste de l’absurde donc, LR (Les Républicains) publie un communiqué pour dire… et bien, qu’il n’y aura pas de communication sur la journée d’aujourd’hui ! Journée sans communication sur le sujet qui commence… devinez ? Par une interview d’Henri Guaino, le rapporteur du travail sur l’Islam en France sur Europe 1 (Inutile d’aller l’écouter, il était chez nous lundi…il ne dira rien de plus). Alors pourquoi LR ne veut, finalement, pas communiquer sur cette question alors que N.Sarkozy est persuadé que c’est un sujet qui angoisse une bonne partie de l’opinion ? La réponse est simple : ce que N.Sarkozy pense qu’il faudrait dire à son électorat (pour le dissuader d’aller au FN) ne correspond pas à ce que les autres responsables de LR et la quasi-totalité des élus locaux de droite et du centre pensent sur le sujet. Ou, plus prosaïquement, ce qu’il faut dire pour des raisons électorales ne correspond pas à ce qu’il faut faire si l’on veut effectivement que l’Islam s’intègre enfin sereinement à la République.

Pourtant N.Sarkozy fait des propositions concernant la place de l’Islam dans la République.

Oui, et la plus emblématique est aussi la plus inapplicable : la fin des repas différenciés dans les cantines scolaires. A.Juppé a répété mardi soir à Saint-Denis que ces repas différenciés ne posaient aucun problème. La seule chose qui serait inacceptable serait des repas confessionnels, halal ou casher… Mais cette revendication est quasi inexistante. Conscient du décalage entre ses propos de tribune et la réalité de terrain, N.Sarkozy, ces derniers temps, ne formule plus ce genre de proposition. Comme il ne propose plus que le voile soit banni de l’université. Il se contente de dire que ce n’est pas à la République de s’adapter à la religion mais à la religion de s’adapter à la République. Une formule générale qui a le mérite de sonner aussi intransigeante que vague, donc difficilement contestable. Cependant, ce sujet doit être abordé ! L’idée que toutes les religions doivent entrer dans le lit de la laïcité ne doit pas être éludée. Si le parti Les Républicains n’arrive pas a se dépêtrer de cette question, écartelé entre réalisme et électoralisme, le PS ne fait pas mieux. Ainsi apprend-on que Jean-Christophe Cambadelis reçoit une délégation du CCIF au siège du PS, donc offre une reconnaissance quasi officielle à ce comité contre l’islamophobie, qui englobe abusivement dans le terme « islamophobie » la moindre exigence laïque ainsi que la dénonciation de l’intégrisme. Décidément, le PS comme LR ont besoin de travailler sereinement et sérieusement, sans peur ni démagogie, sur ce sujet potentiellement facteur de graves divisions pour le pays.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.