Carine Bécard.

Avec la loi El Khomri, Manuel Valls chercherait à quitter le gouvernement... A moins qu’il ne veuille rester ?!

Oui... De plus en plus de députés de la majorité semblent persuadés qu'à 14 mois de l'élection présidentielle, le Premier ministre serait en train de chercher une porte de sortie pour pouvoir postuler... Et c'est ce qui expliquerait qu'il soit allé si loin dans l'avant-projet de loi El Khomri, pour provoquer son départ... Certes - effectivement -, jamais en France, un texte aussi jusque-boutiste n'avait été proposé pour réformer le code du travail... Mais en réalité, tout est là ! Voilà, ce qui plaît à Manuel Valls... Etre celui qui aura osé, ce que personne d'autres avant lui - ni à droite, ni à gauche - ne s'était senti capable d'imposer... Manière de dire qu'avec 6 millions de chômeurs aujourd'hui, il fallait le faire, et que lui seul, a eu la témérité d'y aller.

Parce qu'en revanche, quitter le gouvernement, pourquoi pas? Mais ce n'est pas si simple ensuite de continuer à "exister"... D'avoir une visibilité... Regardez Cécile Duflot, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon... Ils ont du mal à faire parler d'eux ! Episodiquement seulement... Donc, Manuel Valls n'a certainement pas l'intention d'abandonner Matignon, de même qu'en reportant de 15 jours cette réforme - il est allé chercher un peu d'oxygène - il ne faut pas trop vite y voir une prochaine reculade.

Mais cela signifie qu'il tire un trait sur 2017 ?

Pas forcément !

En fait, deux scénarios sont possibles : soit François Hollande décide de suivre son Premier ministre et d'aller jusqu'au bout de la loi El Khomri... Dans ce cas-là, la bataille sera rude face à la gauche et aux syndicats, et ce sera compliqué pour le chef de l'Etat - surtout après le débat sur la déchéance de nationalité - de se représenter... Soit François Hollande au contraire, abandonne cette réforme et pousse - du coup - Manuel Valls à quitter Matignon... Dans les deux hypothèses - telles qu'elles se présentent aujourd'hui - le chef du gouvernement peut donc, s'il le souhaite, imaginer d'y aller... Mais en même temps, qui, au PS sincèrement croit encore en une victoire possible en 2017… ?

Donc Manuel Valls parie sur l'avenir... Plus que sur l'année prochaine ?

Exactement... Il est persuadé que sa loi donnera de vrais résultats dans les années qui viennent, peut-être dans deux ou trois ans... Et ces résultats, espère-t-il, façonneront sa réputation de réformateur, d'homme courageux... qui-sait-ce-qui-est-nécessaire-pour-le-pays ! Il veut construire une image... Et il regarde sans doute avec intérêt en ce moment ce qui se passe autour d'Alain Juppé, ancien Premier ministre, qui avait osé tenir bon, en tout cas quelques mois... Aujourd'hui, bien des Français estiment qu'ils se sont trompés en s'opposant à ses réformes d'il y a 20 ans et nombreux sont ceux qui sont convaincus que si elles avaient eu lieu - avant -, tout serait désormais différent...

Voilà, le souci de Manuel Valls... Marquer les esprits... Avoir un bilan... Pour l'instant, il a passé deux ans à Matignon, et de quelle loi de souvient-on ? D'aucune... Ce n'est donc, certainement pas le bon moment pour quitter le gouvernement.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.