Ce matin, vous faites de la publicité pour le site Internet de la chaîne parlementaire…

Si ce n’est déjà fait, connectez-vous cet après-midi sur le site de LCP à la reprise de la séance sur le mariage pour tous. On peut d’ailleurs se demander au passage pourquoi c’est le site de LCP et pas la chaîne elle-même, beaucoup plus accessible, qui diffuse l’intégralité des débats. D’habitude, on ne voit des débats parlementaires que les incidents de séances, l’écume saumâtre des polémiques et des affrontements partisans. Par exemple, ce qui ressort de la nuit, c’est l’échange pitoyable sur le triangle rose. Le summum de la bêtise parlementaire étant invariablement la référence obligée à la Seconde guerre mondiale, référence qui plombe toute capacité d’écoute des arguments de l’autre ! Mais en s’installant, sur la longueur, devant la retransmission, on découvre ce que l’on ne voit jamais : la mécanique parlementaire au long cours, les rappels au règlement, les ruses de séance, les réflexions philosophiques plus ou moins profondes, des pépites avec des arguments très personnels développés par des députés inconnus, le talent oratoire, parfois suspect, de certains, des tâtonnements touchants des novices. Sous la présidence bienveillante et d’une autorité narquoise de Claude Bartolone, on peut passer des heures à savourer la fabrication de la loi. On découvre la culture et la maîtrise de Christiane Taubira. La Garde des Sceaux défend le texte avec une compétence teintée d’ironie. Elle lui donne de l’épaisseur historique et peut citer René Char et le code de la santé publique sans notes, dans la même phrase. De quoi faire oublier les cafouillages entre le gouvernement et le PS sur la PMA. On est un peu inquiet pour le rapporteur Erwann Binet perdu dans ses feuilles mais, toujours sur le fil, il ne laissera passer aucun amendement piégé. On y découvre aussi quelques députés UMP de l’ombre qui tentent de défendre des convictions sincères ou non avec une énergie d’assiégé culturel. On s’attacherait presque à Hervé Mariton, grognard procédurier. Il faut le voir, règlement à la main, scrutant chaque intervention avec un seul but : y déceler matière à un rappel au règlement pour ralentir le débat. Avec un certain talent, Mariton prendra alors la parole sans même savoir comment il finira sa tirade. Et on se surprendra à l’écouter uniquement pour voir comment il retombera sur ses pattes.

Il y a quand même beaucoup de procédures et de batailles juridiques un peu vaines, non ?

Oui, il y a bien des rappels au règlement intempestifs, des amendements hors-sujet ou fantaisistes rédigés pour encombrer le débat mais (même si ça n’a pas le rythme de la série 24 heures chrono), vous découvrirez que parfois, un argument original ou une citation bien trouvée, ébranle les députés de l’autre bord, qui étaient sur le point de s’assoupir dans leur confortable discipline partisane. Il n’y a pas que de la ruse dans l’hémicycle. Ce débat parle aussi de la vie, des enfants, de l’amour, de la façon de procréer. Sur de tels sujets, aucun argument tactique, aucune chausse-trappe de procédure ne peut être totalement froids ou désincarnés. Au moment où les politiques subissent une crise de confiance, le spectacle de l’Assemblée au travail –observé sur la distance- ne peut être que bénéfique. Aristote n’a pas connu le site Internet de LCP … alors aujourd’hui à son célèbre « nul n’est censé ignorer la loi » on pourrait ajouter « nul n’est censé ignorer la façon dont se fabrique la loi ».

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.