Le président français est en effet le sujet principal d'une multitude de livres politiques qui sortent depuis quelques semaines. Un documentaire retraçant sa vie, signé Patrick Rotman, sera diffusé fin octobre sur France 2. Que signifie un tel engouement ? En tout cas si Jacques Chirac touchait des droits d'auteur sur tous les ouvrages le concernant, il serait richissime. Evidemment, il ne faudrait pas que ces droits d'auteur soient indexés sur le degré d'admiration que le président suscite, car là, c'est lui qui finirait pas devoir de l'argent, tant les livres qui lui sont consacrés sont en effet d'une extrême sévérité. De la "Tragédie du président" de Franz-Olivier Giersbert, à "L'irresponsable" d'Hervé Gattegno qui sort ces jours-ci et qui raconte l'orchestration par le président lui-même de son impunité politique et judiciaire, au forcément assassin "Chirac et les 40 menteurs" de Montaldo, en passant par l'amertume d'un François Fillon et de sa "France qui peut supporter la vérité" ; tous ces ouvrages disent la même chose : Jacques Chirac est un homme exceptionnel pour la conquête du pouvoir, mais qui n'a rien fait de l'exercice du pouvoir. C'est ce que montre très bien le documentaire de Patrick Rotman, diffusé les 23 et 24 octobre prochains sur France 2. Intitulé Chirac, en 2 parties, le jeune loup et le vieux lion; ce film n'est pas un pamphlet mais un descriptif minutieux de la très longue carrière de Jacques Chirac, et cette seule description sonne comme un réquisitoire. Chirac et ses trahisons, Chaban, Giscard, Barre et les autres. Chirac et ses surnoms, "L'hélicoptère" à cause de ses grands bras qu'il ne sait où mettre, "Le bulldozer", "Al capone", "Facho chirac" ou "Super menteur". On retrouve le Chirac que l'on connait par coeur, qui serre des centaines de milliers de mains jusqu'à devoir mettre des pansements, "bonjour Monsieur Couderc, la santé, ca va?"; Chirac sous l'emprise permanente de mentors, juillet, Garraud ou Balladur. Chirac rancunier qui refuse des années son pardon aux balladuriens, Chirac souillé par les affaires. Chirac chaleureux aussi, ce sont les ministres socialistes de Lionel Jospin qui en parlent le mieux curieusement, Chirac défenseur crédible d'un monde multipolaire. Mais Chirac au bilan politique quasi nul... Tellement indigent en tout cas que même un de ses amis, Yves Guéna cherche désespérement ses mots quand on lui demande ce qu'il restera de sa présidence. Alors un autre a vécu avant lui la curée des derniers mois de pouvoir. Mais François Mitterrand devait faire face à des révélations sur son passé, la guerre, Bousquet, sa fille. Jacques Chirac lui ne doit répondre que de l'accumulation de ce tout ce qu'on sait déjà de lui; et c'est presque plus cruel. Cette curée éditoriale a en tout cas un curieux effet : elle précipite presque au sens chimique du terme, la fin de son pouvoir. On en est déjà à la nécrologie politique de Jacques Chirac. Alors comment vit-il, de sa forteresse élyséenne cet hallali fina ? Difficile à savoir, car malgré les milliers de pages écrites sur lui, les heures de film tournées, personne ne peut se prévaloir d'avoir su percer l'énigme de l'homme Chirac, cet homme qu'on voit au maquillage sur les premières images du film de Rotman, parce que personne ne l'a jamais vu au naturel.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.