La députée Nathalie Chabanne votera contre le traité européen ! Et ça fait un édito !?

Et oui… non pas parce que Nathalie Chabanne serait une députée à ce point charismatique…qu’on en attendrait l’avis sur l’état du monde avant de s’en forger un, soi même… Convenons-en, personne ne connaît cette élue, au-delà de Pau, de Ponson, de Bénéjacq ou de Montaner, bref au-delà des sept cantons de la 2ème circonscription du Béarn, la sienne! Mais il se trouve que Nathalie Chabanne a été élue en juin dernier contre François Bayrou. Le leader centriste avait cru que son aura nationale lui suffirait pour triompher d’une militante socialiste inconnue. Il avait sous estimé (ou pas voulu en tenir compte) le trouble provoqué, en appelant à voter pour François Hollande chez les électeurs béarnais, conservateurs et de centre droit. De leur côté, le PS et François Hollande n’avaient pas cru bon devoir dégager la route électorale pour le patron du Modem, pensant que le match Nathalie Chabanne/François Bayrou était joué d’avance… un peu comme un vulgaire Montpellier/Cesson de handball. Mais surtout, François Hollande ne voulait pas faire de fleurs à François Bayrou de peur de troubler le message de rassemblement de la gauche pour les législatives. Rassemblement électoralement efficace pour le PS et qui garantit aussi au Front de gauche et aux écologistes un groupe à l’Assemblée. Mais rassemblement politiquement obsolète, puisqu’il ne crée pas une majorité cohérente. Les parlementaires du Front de Gauche ne voteront pas pour le traité et beaucoup d’écologistes non plus… une poignée de socialistes s’y opposera également. En face, la droite parlementaire votera pour, elle en est à l’origine ! Alors que ce traité est beaucoup plus structurant et déterminant que n’importe quel accord électoral destiné à réactiver des réflexes d’électeurs, hérités de la vieille histoire des gauches et des droites.

On s’éloigne un peu de Nathalie Chabanne, non ?

Non parce qu’en favorisant l’élection de Nathalie Chabanne au Parlement, François Hollande s’est privé d’un vote en plus pour le traité… alors vous me direz qu’à ce compte là, Hollande aurait dû favoriser l’élection de n’importe quel député UMP face au front de gauche ou aux écologistes… Il s’agit bien sûr de souligner par l’absurde les effets de la logique électorale imposée par ce mode d’élection des députés au scrutin majoritaire. La vraie majorité qui correspondrait à la politique menée actuellement devrait être, en toute logique socialiste et centriste… peut-être avec les écologistes ; on peut penser ce que l’on veut de ce traité et plus largement de la politique de rigueur du gouvernement. Souligner le décalage entre la base électorale sur laquelle s’est construite cette majorité, et la réalité de sa politique, ne veut pas dire que l’on approuve ou désapprouve cette politique ! La question n’est pas là mais on voit bien (tout le monde en a conscience et le répète) les dégâts que le déficit démocratique qui accompagne la construction européenne produit sur la confiance que la population porte aux institutions et à ceux qui l’incarnent. Si, à ce déficit démocratique européen, s’ajoute une inadéquation entre la politique menée et la représentation nationale… eh bien l’accumulation de ces décalages accentuera inévitablement les extrêmes ou le désintérêt pour la chose publique. La défiance ou la colère. Mais bon, soyons justes, c’est vrai Nathalie Chabanne n’y est pas personnellement pour grand-chose et les électeurs de Bénéjacq et de Pau non plus.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.