Retour sur les affirmations, hier à ce micro, de Mrg Aupetit à propos de la proposition de loi sur la fin de vie qui arrive à L’Assemblée.

Oui, l’archevêque de Paris ment avec une légèreté et un aplomb qui n’a d’égal que la gravité du sujet. Vous l’interrogiez sur le texte que des députés de tous bords s’apprêtent à voter sur le droit à mourir dans la dignité. 

Un texte qui offre possibilité de décider de sa mort avec assistance médicale, dans un cadre précis et strict, de grandes souffrances inapaisables et de maladies incurables. Monseigneur Aupetit dit son opposition, notamment parce qu’il a noté des dérives… je le cite "

J’ai encore eu un exemple de Belgique, quelqu'un m’a écrit pour me dire que des parents emmenaient leurs enfants autistes se faire euthanasier." 

Stupeur ! ‘Quelqu’un m’a écrit’ dit-il ! Notez la solidité de la source. Bien sûr, vérification faite, c’est faux ! Comment peut-on laisser entendre que ce texte aboutira à  euthanasier des enfants autistes ? N’importe quel politique qui aurait dit une chose pareille serait sommé de s’excuser ; voire de quitter les fonctions qu’il occupe !   

La position de l’église a toujours été d’être opposée à l’euthanasie…  

Bien sûr, l’église –c’est son rôle- veut parer aux excès d’une société matérialiste ! Mais cela n’autorise pas à dire n’importe quoi ! En réalité, l’archevêque de Paris est obligé d’inventer des raisons de la sorte parce qu’aucun texte biblique ne dit clairement comment les hommes doivent se débrouiller avec une fin de vie insupportable. Le commandement ‘Tu ne tueras point’ ou le providentialisme catholique ne peuvent pas tenir compte des évolutions médicales qui prolongent toujours plus la vie … Mgr Aupetit dit qu’il faut apaiser les souffrances. Merci du conseil ! 

Il a sur ces questions de début et fin de vie des vues bien étranges

La semaine dernière, sur Radio Notre-Dame, interrogé sur la masturbation, il a répondu que c’était mal parce que (l’image très élégante est de lui) : c’est comme faire la cuisine pour la jeter à la poubelle ! N’est-ce pas justement le comble d’une vision matérialiste, utilitariste ? Le plaisir, la souffrance sont visiblement des notions subalternes pour Mgr Aupetit. Les catholiques, sont, à peu près comme le reste des Français, majoritairement favorables à une législation plus avancée sur la possibilité de choisir sa mort. Mais ceux qui sont contre n’auraient-ils pas droit à d’autres arguments que des mensonges ? Pourquoi l’église est-elle toujours en retard sur les croyants ? Question théologique qui ne trouvera pas de réponse dans cette chronique politique. A moins que justement il s’agisse de pouvoir… après tout… la liberté individuelle, l’émancipation, c’est moins de pouvoirs pour l’institution religieuse… 

L'équipe
Thèmes associés