On entend, depuis la nomination de Jean Castex en tant que Premier ministre, que désormais Emmanuel Macron va gouverner seul.

Jean Castex, Premier ministre français depuis le 3 juillet 2020.
Jean Castex, Premier ministre français depuis le 3 juillet 2020. © AFP / Thomas COEX

Et les trois premières déclarations du nouveau Premier ministre achèvent de nous en convaincre. Politiquement, il ne représente –pour l’instant- absolument rien. Ne le taxons pas, pour autant, d’exécutant, ce serait désobligeant… et nul doute que l’on verra bientôt de quel bois idéologique il est fait. Mais nommer Jean Castex n’est pas nommer un sarkozyste ou un filloniste, c’est-à-dire élargir sa majorité, non, c’est nommer une méthode, adresser au pays un message assez nébuleux : l’efficacité de la verticalité, parce que l’homme est un énarque qui connait tous les rouages de l’Etat. Mais aussi la bonhomie du connaisseur du terrain, puisqu’il est élu local. Il décoche la case du technocrate… 

Mais que veut-il ? Préparer la France à faire face à la crise économique et sociale qui vient… sans oublier –il doit avoir un pense-bête pour ça- la préoccupation écologique, dit-il. Ouf !  Bref, c’est un boulanger qui nous annonce qu’il veut faire du pain ! Il veut de l’action mais aussi de la négociation ; aller vite (terme maintes fois répété depuis 3 jours) mais prendre l’avis de tout le monde. On nous dit, pour nous prouver qu’il ne brusquera personne, que son mot fétiche c’est ‘allons y mollo’. Donc il veut y aller vite et mollo ! 

En nommant Edouard Philippe, Emmanuel Macron nommait un complémentaire politique : un juppéiste, le centre-droit. En nommant Jean Castex, il nomme une méthode classique, de bon père de famille, bien loin de la start-up nation arrogante et excluante. Reste la question fondamentale, toujours la même, à laquelle seule Emmanuel Macron pourra répondre quand il prendra la parole le 14 juillet : pour aller où ?

Quand même, Jean Castex nous dit qu’il est gaulliste social…

Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Même du temps du général de Gaulle c’était un concept un peu fumeux. De Gaulle gouvernait dans un contexte de forte croissance, avec une économie planifiée (le plan quinquennal) des frontières, une monnaie nationale et pas de chômage. Un autre monde. 

Alors Jean Castex se réfère-t-il au chabanisme (du nom de Jacques Chaban-Delmas) ? Au séguinisme, c’est-à-dire une forme de souverainisme ? Alors il est très loin d’Emmanuel Macron… Se réfère-t-il au discours d’Oxford en 1941 (le discours référence des Gaullistes dits sociaux : quand le général voulait une troisième voie entre le communisme inhumain et l’inhumanité du capitalisme) ? Il y a de l’espace ! 

Ne cherchons pas… Gaullisme social’ ça ne veut rien dire d’autre que ‘de droite mais pas contre le fait de discuter avec les syndicats’… encore une fois, la moindre des choses. Quid d’un gaulliste social face à la question de l’écologie ? Autant demander à un Bonapartiste ce qu’il pense de la 5 G ! 

Ne demandons pas à Jean Castex de se définir politiquement, il n’est pas là pour ça… attendons plutôt la composition du gouvernement et le discours du président pour voir si (peut-être enfin !) En Marche (mollo ou rapide) a un but, une destination…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.