Le FN devient, dites-vous, un parti d’alternance.

Dimanche prochain, le parti de Marine Le Pen aura très certainement au moins deux régions. Les électeurs qui portaient toujours plus haut le FN n’avaient jamais, jusque-là, mis ce parti en situation de prendre les manettes de collectivités locales de cette ampleur. Est-ce un stade supérieur de la manifestation de l’exaspération des Français vis à vis de majorités impuissantes, ou est-ce aussi la marche triomphale vers une alternance par une adhésion, sinon à un programme, du moins à une vision de la société? Les régions étant ce qu’elles sont, des entités éloignées des Français, mal redécoupées et aux compétences mal connues, ces élections ont peut-être été prises, une fois encore, comme simplement une occasion de protester contre le PS et LR. Mais le niveau d’exaspération manifesté est tel qu’il frise désormais avec les limites électorales qui permettent d’envisager une alternance FN au niveau national. Son absence de responsabilités renforce considérablement l’efficacité immédiate de son discours, alors que le PS et LR se sont montrés impuissants à réformer la France et à changer son état de dépression collective. M.Le Pen se retrouve en principale opposante au président, et donc en très sérieuse présidentiable.

Est-ce que ce n’est pas un peu tôt pour se poser la question de 2017 ? Il y a d’abord le second tour…

Oui, on va s’y intéresser toute la semaine, laissons le PS et LR digérer leur défaite et décider, région par région, ce qu’ils feront mais ce qui reste le plus frappant, et que l’on n’a pas tellement entendu hier soir, c’est que l’action du président de la République, aboutit, au bout de 4 ans, à ce qu’un parti d’extrême droite vire en tête. L’action du chef de l’opposition qui a été président de la République, aboutit, elle, à ce que son parti ne soit plus la seule alternative possible. F.Hollande et N.Sarkozy (non pas tant du fait de ce qu’ils représentent idéologiquement, mais plutôt en raison de leur incapacité successive à sortir le pays de sa déprime, de son immobilisme) sont, ce matin, les 2 principaux responsables de ce résultat. Le retour de N.Sarkozy touche là sa limite. Le 2nd tour nous informera sur ce glissement. Est-ce que véritablement le parti de N.Sarkozy est en train de se faire supplanter comme alternative à F.Hollande ? Si au 2ndtour, le FN maintient ses scores, les améliore, cela voudra dire que la partie de l’électorat de droite, ou de gauche, qui s’était portée sur le FN hier ne flanche pas au moment de donner la clef de plusieurs présidences de régions à l’extrême droite. La lutte qui s’ouvre est bien celle du leadership de l’opposition. C’est-à-dire de l’incarnation de la future majorité nationale. Le FN ce matin reste une minorité mais une minorité puissante et en dynamique. S’il gagne dimanche en situation de duel (dans le Nord et en Paca), il démontrera, pour la première fois à cette échelle, qu’il peut être vraiment majoritaire (qu’il peut faire plus de 50%) et assoira ainsi son nouveau statut de parti d’alternance.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.