Les équilibres au sein du FN sont quelques peu bouleversés par la candidature de François Fillon.

Oui, Fillon candidat peut être une aubaine, ou une catastrophe pour le FN. Le but de la droite, était (et reste toujours) d’inverser la dynamique Le Pen, pour que s’ouvre une crise interne au sein du FN et se creuse la division entre le FN, identitaire et vieillissant du sud (paradoxalement représenté par la jeune Marion Maréchal-Le Pen), et le FN plus jeune et social du Nord, incarné bien sûr par Marine Le Pen. Pour se faire, 3 options s’offraient à la droite. La première c’était d’attaquer le FN sur les 2 fronts (nord/sud, social et identitaire), en allant chercher avant tout le vote populaire. Quitte à emprunter la rhétorique de la famille Le Pen. C’est ce qu’a tenté de faire Nicolas Sarkozy. Ce fut un échec cuisant : les propos de l’ancien président étaient au discours de Marine Le Pen ce que sont ces faux sacs Vuitton vendus sous le métro aérien dans le nord de Paris. La seconde option c’était celle d’Alain Juppé. Il s’agissait de tenir, pour le coup, un discours contraire en tout point à celui du FN, un discours le plus rassembleur et ouvert possible afin, tout simplement, de faire masse et d’écraser l’extrême droite au second tour de la présidentielle. Cette idée, qui paraissait la plus logique arithmétiquement, a échoué, parce qu’elle sautait une étape essentielle (c’est facile à dire après) : c’était un discours de premier tour de la présidentielle, pas de primaire à droite.

Et donc la troisième tactique, celle de François Fillon…

Elle a réussi, pour l’instant, à s’installer à la faveur de la primaire. (On parle de stratégie mais ça correspond aussi à des convictions bien sûr). Elle consiste donc cette stratégie à s’attaquer au le FN par le flan sud. C’est-à-dire à offrir une forme de conservatisme traditionnel (pour ne pas dire traditionaliste). Un discours qui revient aux bases, aux fondements de la droite classique, de la droite patrimoniale des clochers. Ce positionnement concurrence directement l’influence du FN du sud, sans pour autant le singer. D’ailleurs depuis quelques jours, Marion Maréchal Le Pen se montre très agressive envers François Fillion, un peu comme Marine le Pen l’était vis-à-vis de Nicolas Sarkozy. Voilà pourquoi, pour ne pas laisser au candidat désigné de la droite l’opportunité de gonfler sa voile au vent du conservatisme sociétal qui se lève, la nièce Le Pen insiste à nouveau sur des thèmes comme l’avortement, les valeurs chrétiennes. Des thèmes que ne goute pas du tout la tante, qui règne sur le FN du nord, populaire, péri-urbain. Un FN qui progresse sur un discours anti-immigré laïque-identitaire (un oxymore que le FN a réussi à imposer), très social et étatique. Un message qui pourrait être très efficace contre un François Fillon présenté en casseur social. Seulement le message simple de Marine le Pen est aussi fragile. Il peut être facilement brouillé par le fumet rétrograde d’un conservatisme sociétal. Marine Le Pen s’énerve, sanctionne sa nièce en l’obligeant à annuler une grande émission de télé, une matinale de radio. La première étape de la tactique Fillon contre le FN, diviser la famille Le Pen, enfoncer un coin entre le FN au beurre et le FN à l’huile, pour l’instant fonctionne.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.