Les propos de JLMélenchon, tenus dimanche, n’en finissent pas de faire polémique

Le débat est de savoir si ces propos sont le fait d’un dérapage ou d’une stratégie. Dans les deux cas, ils sont désastreux et ruinent l’idée (déjà mal en point) selon laquelle JL.Mélenchon pourrait réunir la gauche ! Prenez cette phrase : ‘Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Cela a été Merah en 2012.  Avant, on avait eu Papy Voise …  Tout ça, c’est écrit d’avance’. Tout, dans ces mots, est problématique… Le massacre perpétré par Merah banalisé en évènement surexploité. Et cette tragique insinuation, ‘tout ça était écrit d’avance’. Par qui, pourquoi ? La suite est à l’avenant. Sur Emmanuel Macron… ‘Dans tous les pays, dit-il, ils ont inventé un type comme ça qui ne sortait de rien, porté par un système oligarchique’. Qui se cache derrière le ‘ils’ ? Ce pronom fantasmagorique qui laisse entendre les pires manipulations d’une ‘oligarchie’ (le mot ‘oligarchie’ est très prisé à LFI)… le gouvernement ? Bruxelles ? Les grands patrons ? Les médias mainstream ? Tout ce monde à la fois dans une cohérence de fait? Si ces insinuations sont une stratégie de JL.Melenchon alors cela signe son refus d’accéder au pouvoir. Stratégie ou dérapage ? En fait, cela ressemble aux deux réunis : disons… le dérapage d’une stratégie. La stratégie, c’est la conflictualité élite/peuple théorisée par la sociologue Chantal Mouffe pour un populisme de gauche assumé. Mais Chantal Mouffe ne prône pas le complotisme et veut recentrer le conflit sur le social. JL.Mélenchon, lui, globalise. Il manie des concepts nouveaux avec de vieux réflexes : Il y a de quoi effectivement pointer les dérives d’un système médiatique de plus en plus monothématique sécuritaire. Le problème, c’est quand JL. Mélenchon globalise… (Avec le mystérieux ‘ils’). Le discours antisystème globalisant emporte tout sur son passage : la nuance, le discernement. Il détruit la confiance dans les corps intermédiaires, les institutions. JL.Mélenchon peut reprocher à la droite de courir après l’extrême-droite sur le fond … mais en globalisant l’antisystème, lui singe l’extrême sur la méthode ! L’antisystème global n’est plus, comme dans les années 70, un discours révolutionnaire. JL.Mélenchon commet un anachronisme stratégique (une terrible faute politique) qui le rend encore plus infréquentable, pour ceux qui s’épuisent dans un débat général, où  domine le simplisme, à tenter de réhabiliter la nuance et le discernement.  

Dans le même temps, JL.Mélenchon, porte plainte contre un Youtubeur!  

Il est l’objet d’une insupportable attaque d’un YouTubeur d’extrême-droite qui a mis en scène un abjecte simulacre d’exécution d’un militant Insoumis noir. Cette plainte et sa médiatisation sont-elles aussi un contre-feu de la part de JL.Mélenchon pour parer les critiques de ses propos de dimanche ? Sans doute… (et malheureusement aussi une belle publicité pour le YouTubeur)… Et là… on se dit que la campagne présidentielle est bien mal emmanchée! 

L'équipe
Thèmes associés