Faut-il différer les élections régionales et départementales pour réformer la carte administrative ?

Pour les régions au moins, ça parait évident… ou alors il faut, sans attendre procéder à un acte purement jacobin, avant 2015, et dire par exemple : « voici la nouvelle carte de France des régions, on vous l’impose, il n’y en a plus que 12 : les Pays de la Loire et la Bretagne sont réunis dans une grande région Loire-Bretagne, les deux Normandie et une partie de la Picardie ne forment plus qu’une entité, pareil pour l’Alsace et la Lorraine. La Franche-Comté et la Bourgogne sont mariées de force, la Corse est rattachée à une Paca augmentée de l’est du Languedoc Roussillon… L’ouest du Languedoc Roussillon étant rattaché la nouvelle région Aquitaine-Pyrénées ». J’entends d’ici derrière leur poste de radio les élus locaux et même l’ensemble des citoyens attachés à leurs régions s’indigner… « Mais d’où sortent ces idées, pourquoi la Bretagne avec les pays de Loire ?… la Corse doit rester une Ile… gardarem lou Midi Pyrénées ». Bref pour qu’un tel bouleversement soit accepté il faut que les élus réfléchissent à proposer eux-mêmes des réorganisations, des regroupements ! C’est sur la base de ce qui aura pu être proposé depuis les régions (la réflexion est d’ailleurs bien entamée dans certaines d’entre elles comme entre la Bourgogne et la Franche-Comté par exemple) que le gouvernement pourrait proposer et compléter, dans quelques mois une carte qui, de toute façon sera contestée. Voilà pourquoi il parait évident qu’il faut repousser les élections régionales. Que celles-ci se déroulent en 2016 et non pas en 2015 et que l’on vote pour les nouvelles régions et non pas pour celles qui sont amenées à disparaître l’année d’après.

Mais la quasi-totalité des régions sont socialistes…le report des élections prolongerait cette majorité d’un an, d’où la colère de la droite !

C’est vrai mais c’est la seule façon de désépaissir le mille-feuille et il faut bien commencer par les régions puisque si l’on supprime les départements dans un deuxième temps, il faut bien que les nouvelles régions puissent être le réceptacle (avec les communautés de communes) des compétences des départements disparus. Dans ce cadre, les élections départementales pourraient se dérouler normalement en 2015 pour élire des assemblées départementales de transition avant disparition, d’ici 2017. Une autre solution consisterait à supprimer les départements dès 2015. Mais ça nécessiterait une réforme de la Constitution et une majorité des 3/5 du Parlement est inatteignable ! Si la droite mène un mauvais combat en s’opposant au report des élections régionales, elle serait, en revanche tout à fait fondée à exiger une solution pour pouvoir participer activement à la mise au point de la nouvelle carte régionale de la France ! L’opposition doit être largement et sincèrement associée aux travaux sur un tel sujet. Certains, à l’UMP réclament un référendum qui validerait la nouvelle organisation administrative. Mais pour être sûr que la proposition soumise à référendum ait une bonne chance d’être approuvée, il faut d’abord obtenir un consensus politique sur ce qu’il convient de proposer… ça parait compliqué, vu l’état d’esprit de la droite et la mauvaise volonté de nombreux élus locaux de tous bords. Xavier Bertrand, lui, propose un référendum, mais après la prochaine présidentielle… ce qui retarderait de trois ans ce chantier déjà à la traîne ! François Hollande doit donc aller vite et fort, prendre des risques politiques pour une réforme certes difficile mais qui, au moins, ne devrait pas mettre trop de monde sur le pavé !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.