Cérémonies des voeux... suite. Aujourd'hui, c'est au tour de la candidate des Verts à la présidentielle, Dominique Voynet, de présenter les siens. Dominique Voynet qui a tendance, en ce début d'année, à disparaître sous le poids de ses concurrents. C'est une petite phrase qu'on lui a prêtée et qui a induit tout le monde en erreur. Une petite phrase qui faisait dire à Dominique Voynet : "oh, ça ne sert à rien de faire campagne en ce moment - on est inaudibles - on s'y mettra quand on nous entendra". Et franchement, tout le monde s'est dit que c'était pas bête de la part de la candidate verte d'attendre que passent voire trépassent la ségomania et la hulotmania, avant de passer une tête à son tour. Mais "en réalité, Dominique Voynet n'a jamais appuyé sur "pause" pendant sa campagne" s'exclame son entourage. Et son blog, "blog.voynet2007.fr" en témoigne. On y trouve un agenda de campagne, des vidéos de ses déplacements, des commentaires, et même quelques réactions d'internautes. Mais alors, d'où vient cette étrange impression que Dominique Voynet est invisible et inaudible ? D'où vient cet étrange décalage entre une écologisation croissante de l'électorat et la faiblesse constante de la candidate Verte, qui stagne à 2% dans les sondages ? Comment expliquer cet étrange phénomène de surgissement d'un vrai faux candidat médiatico/ écolo/ sympatico/ efficace Nicolas Hulot écrasant d'un coup l'engagement de toute une vie publique ? "Il y a quelque chose d'irrationnel là-dedans" reconnait un ami de Dominique Voynet. Il y a néanmoins quelques facteurs d'explications. L'image des Verts. Ce parti au souci démocratique si aigu qu'il fait toujours voter, pour savoir s'il faut voter, et où, 2 personnes sur 120 peuvent en permanence contester la ligne de la direction, ce parti qui s'est noyé dans d'intestines querelles, qui s'est éloigné aussi des fondamentaux environnementaux pour parler plus largement de la société, ce parti a perdu de son crédit dans l'opinion publique. Même si curieusement au plan local, les électeurs font toujours confiance aux Verts. A bordeaux, aux dernières municipales, ils ont recueilli 10,3% des voix. Alors, la participation à la majorité plurielle de Jospin a-t-elle dévalué les Verts ? Et Dominique Voynet paie-t-elle ce tribut là ? Si c'était vrai, cette marque au fer rouge devrait atteindre aussi Ségolène Royal. Ce n'est pas le cas. Mais certains pensent que seule une candidature "décalée" peut plaire aux Français. Tous ceux ayant une responsabilité quelconque dans le 21 avril étant rejetés d'office, Bové ou Hulot passent la rampe de l'opinion publique, pas Voynet. Aujourd'hui, Dominique Voynet n'a néanmoins d'autre choix que de tenir. Tenir au moins jusqu'à la décision de Nicolas Hulot. S'il renonce, elle peut espèrer grignoter son capital de sympathie accumulé. Le problème, c'est évidemment si l'homme d'Ushuaïa y va. Elle jure qu'elle continuera. En tentant de démontrer que sans force politique, c'est-à-dire sans élus sur le terrain, être bio et écolo, ça ne veut rien dire ! Une vraie gageure qui l'obligera en tout état de cause à recentrer son discours sur l'environnement, elle qui reste pourtant convaincue que l'écologie politique ne se résume pas à des gestes simples, comme fermer le robinet après s'être brossé les dents.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.