C’est à se demander si les sénateurs qui ont voté contre cette levée de l’immunité ont côtoyé, ces dernières années, un citoyen français, au-delà du VIéme arrondissement de Paris ou se trouve le Palais de Luxembourg. S’ils sont conscients de l’état de défiance de l’opinion envers le monde politique ? L’argument des sénateurs qui ne voulaient pas que l’immunité parlementaire de Serge Dassault soit levée est, toujours le même… Si on lève l’immunité –disent-ils- ça équivaut à une condamnation politique et l’opinion estimera que le vieux sénateur, avionneur, patron de presse est forcement coupable. C’est bien sur un argument de façade….et en plus il est idiot. Idiot parce que c’est maintenant qu’on le sait protégé par 13 obligés, (soit intéressés matériellement, soit trouillards, soit mus par une sorte de discipline partisane mal placée)… c’est maintenant que l’opinion aurait de bonnes raisons de le croire coupable avant tout procès. Rappelons que la levée de l’immunité parlementaire n’était pas destinée à conduire Serges Dassault en prison, ni même à un procès mais simplement à permettre à la justice de mieux continuer son enquête, de pouvoir procéder à des perquisitions, à une garde à vue, à des confrontations sans risque de pression. Il y a , en plus un mystère politique puisqu’au moins un sénateur de gauche a voté contre ! C’est vrai que depuis hier c’est ce qui fait l’essentiel du commentaire sur cette affaire. Mais en réalité le plus effarant, c’est qu’il y eu des parlementaire pour refuser la levée de l’immunité. La levée de l’immunité aurait du faire l’unanimité ! Pourquoi la droite l’a-t-elle refusée ? On réagit comme si ça allait de soit. Le PS avait voté pour la levée de l’immunité de Jean-Noël Guerrini. Ça ne veut pas dire que le PS soit forcement plus vertueux que l’UMP parce qu’il y a fort à parier qu’un autre sénateur UMP que Serge Dassault n’aurait pas bénéficié d’autant de soutien dans son camps. La question que soulève ce pitoyable vote, au delà de celle du périmètre de l’immunité sénatoriale, au-delà de cette bizarrerie du huis clos et du secret du vote, digne de la bonne tradition d’opacité française… la question c’est le statut particulier de Serge Dassault. Trop de puissance nuit à la démocratie. Industriel qui vit largement de commandes publiques, propriétaire de journaux dans lequel il met un peu plus que son grain de sel ! Toute sa salière… et sénateur. C’est beaucoup trop. Bien sur ce ne sont pas des cumuls interdits et les interdire ne seraient sans doute pas la solution… Mais on le constate aujourd’hui, la puissance extra-parlementaire de ce sénateur est un handicap pour le bon fonctionnement de la justice. Les Sénateurs qui ont voté contre n’auront pas à se justifier devant leurs électeurs…. Ils n’en ont pas ! Pas directement du moins. D’ailleurs, qui autour de cette table… combien d’entre vous chers auditeurs, peuvent citer le nom de leur sénateur ? En dehors des familles de sénateurs très peu. La distance entre le sénateur et le citoyen est censée mettre le parlementaire de la chambre haute, au dessus des passions politiques et du tumulte des pressions populaires, lui donner de la sérénité qui doit tempérer les ardeurs partisanes des députés et de l’exécutif. Souvent le Sénat remplit cette fonction. Malgré ça il est largement vu comme inutile. Avec le refus de lever l’immunité de Serge Dassault, il risque d’être vu comme nuisible.

► ► ► POUR ALLER + LOIN | Décision du Sénat sur Dassault : Incompréhension à gauche

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.