Ce matin, Place Publique, le mouvement créé par Raphaël Gluckmann...

Qu’est-ce que c’est que cet objet politique ? Un mouvement, pour l’instant peuplé d’intellectuels et de militants associatifs, d’une poignée d’élus peu connus qui proclament quelques évidences de gauche. Avec Raphaël Glucksmann en tête de proue, ils prônent des valeurs démocratiques européennes, écologistes et de solidarités sociales. Ils tiennent un discours humaniste sur l’immigration, veulent en finir avec la défense des particularismes qui morcellent le pays pour retrouver le goût des solidarités collectives. Dit comme ça c’est doux aux oreilles de gauche mais c’est encore vague et ne fait pas un programme. En réalité l’idée c’est d’investir l’immense espace qui s’ouvre, entre, d’un côté, LFI sociale-souverainiste, et de l’autre, la REM qui campe au centre, si ce n’est au centre-droit ! Raphaël Glucksmann et ses amis ont un but politique à court terme : qu’aux européennes il n’y ait qu’une seule liste dans l’intervalle, entre Insoumis et marcheurs.

La liste de Raphaël Glucksmann par exemple? 

Non, ils n’en n’ont pas les moyens et leur vision politique, est encore trop à l’état de truisme de gauche et d’affirmations de principe. Pour une fois des intellectuels de gauche, au lieu de faire un vibrant appel à l’unité dans Le Monde ou Libé, décident de créer un mouvement et d’impulser une dynamique pour forcer le PS, Génération.s, (le mouvement de Benoit Hamon), EELV et le PC à ne faire qu’une seule liste ! Ce n’est pas gagné parce que chaque parti semble préférer un avenir groupusculaire mais à lui plutôt que de faire l’effort de l’union. Prenez les écologistes. Ils peuvent à bon droit considérer, que l’élection Européenne, c’est leur moment ! Plutôt que d’envisager une liste d’union avec Benoit Hamon, et pourquoi pas le PS et le PC, ils préfèrent y aller seuls... le tout petit monde des encartés EELV désigne une liste purement verte, d’inconnus derrière Yannick Jadot ! Alors que l’époque voudrait que l’écologie soit le ciment, la matrice de la gauche de demain, EELV, semble préférer se complaire dans sa logique solitaire. Benoit Hamon est d’accord pour l’union mais derrière lui, le PS ne veut pas disparaître dans une autre structure. Tout se conjugue pour que les multiples mouvements de gauche perdent chacun dans leur coin. Les amis de Raphaël Glucksmann ne s’y résolvent pas. Ils veulent représenter une force citoyenne qui pousse à l’union ! Mais que pèsent-ils ? Raphaël Glucksmann a fait la Une de Libération cette semaine, le numéro était en rupture de stock, paraît-il... le livre de l’essayiste est également un bestseller... mais attention à l’effet d’optique... Un succès dans Libération, ou de librairie peuvent simplement dire que le plein est fait dans la niche de la gauche intellectuelle citadine... c’est à dire, pas grand monde... Sauf qu’aujourd’hui, ni les écologistes, ni Benoit Hamon, et encore moins le PS n’ont réussi à créer, ne serait-ce que le début d’une dynamique... On ne sait pas encore exactement ce qu’est Place publique, on ne sait vraiment mesurer son ampleur… mais il se passe quelque chose dans l’espace grandissant qui sépare le mélanchonisme du macronisme.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.