La crise au FN constitue, dites-vous, un signe avant-coureur d’une recomposition à droite.

Oui, parce que cette purge par la tête, extrêmement violente menée par Marine Le Pen, est une purge familiale et surtout idéologique. La question n’est plus de savoir si Marine Le Pen est sincère quand elle fustige le pétainisme et l’antisémitisme alors qu’elle l’a supporté tant d’année…Elle congédie quand même son propre père pour pétainisme en direct, à 20 heures sur TF1! On peut être très à droite, xénophobe, et pas forcément pétainiste, ni antisémite… C’est sans doute une question de génération mais c’est un fait ! Et ça ouvre des perspective de recomposition et pourquoi pas de rapprochement avec l’UMP, à moyen terme. La droite Française, dans son histoire n’est entrée dans la république que progressivement et à reculons. Elle n’est vraiment Républicaine que depuis la fin de la 2nd guerre mondiale. Et c’est le Général de Gaulle (culturellement pas du tout prédestiné à être du côté de la Gueuse) qui a sauvé par deux fois la République. Mais le Général, tout républicain qu’il fut, et respectant scrupuleusement la laïcité dans ses discours et ses actes, estimait tout de même que la France était et devait rester, blanche et catholique.

On pouvait penser, que cette conception culturelle de la république était dépassée…

Et bien pas pour tout le monde ! Il existe encore une république conservatrice et même réactionnaire ! Cette droite est, depuis les années 80’ restée atone, parce qu’elle avait le cul entre deux chaises. Première chaise, le FN, avec des accents qui lui plaisaient mais il y avait, en même temps, cette tâche : Jean Marie Le Pen et ses outrances de pétomanes fascisants. L’autre chaise, une droite gouvernementale, trop libérale, alliée aux centristes, adepte de la mondialisation et d’une certaine modernité sociétale. Mais ça change ! Et la droite réac peut enfin se reconnaître dans un FN, sans Jean-Marie Le Pen, c’est à dire sans dérapages et ni révisionnisme et dans une UMP sarkozienne, avec un discours identitaire décomplexée… finalement, maintenant qu’est-ce qui les sépares ?

L’économie quand même !

Oui, l’intendance quoi… excusez-moi messieurs les économistes mais en politique ce n’est pas grand-chose… Nicolas Sarkozy, pour justifier son opposition à tout accord avec le FN dit toujours « tout nous oppose »… mais il prend soin de surtout appuyer sur la vision de l’histoire (ça c’est en voie d’être réglé) et, effectivement sur le programme économique, dit d’extrême gauche, du FN. Rien sur l’immigration ni sur l’insécurité. L’économie, la question de la sortie de l’Euro devient le seul point de différenciation entre le FN et l’UMP, version Sarkozy actuel. C’est surmontable. Le PC et le PS ont gagné bien des élections ensemble avec des programmes économiques aussi dissemblables… Et puis le débat sur l’Euro est très vif au sein du FN et beaucoup (Marine Le Pen, elle-même) se demandent si cette idée de retour au Franc ne constitue pas le plafond de verre du FN. L’UMPFN, C’est sans doute une question de temps. Les appareils vont résister…Mais les électeurs ont déjà commencé. La mise sous Curatel politique de Jean-Marie Le Pen par sa fille ne va que les conforter.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.