hollande et sarkozy se rendront séparément en afrique du sud pour les obsèques de mandela
hollande et sarkozy se rendront séparément en afrique du sud pour les obsèques de mandela © reuters
**François Hollande a proposé à Nicolas Sarkozy de faire partie de la délégation française aux obsèques de Nelson Mandela.** Oui, et c’est ce que l’on appelle un geste républicain qui se justifie pour honorer une figure bien particulière. C’est une bonne chose même si pour des raisons puériles de susceptibilité, de préséances, et d’orgueil mal placé, les deux hommes sont incapables de voyager dans le même avion. Passons, la France sera tout de même bien représentée. Nelson Mandela a marqué toute cette génération d’hommes et de femmes politiques. Et ce n’est pas rien quand on sait qu’une bonne partie du RPR et de l’UDF, à l’époque de l’apartheid, considéraient majoritairement Mandela comme un terroriste. Écoutez bien, j’ouvre les guillemets : « J’ai quelque peine à comprendre l’ostracisme que notre gouvernement manifeste à l’égard de l’Union Sud-Africaine. L’Union, de par la situation qu’elle occupe sur la route du pétrole, de par ses richesses minières, de par son opposition à la propagation de mouvements subversifs […] mériterait qu’on la traite avec plus de considération ». Cette déclaration date de 1984. Savez-vous qui en est l’auteur ? **Jacques Chirac ?** Exactement, c'était dans _Magazine Hebdo_ en 1984, soyons justes, Jacques Chirac changera vite d’avis et soutiendra bien sûr, quelques années plus tard le processus de la fin de l’apartheid. Et le président Chirac sera très proche de Nelson Mandela. Mais les années 80, c’était l’époque ou le RPR bavait d’admiration devant Margaret Thatcher qui était partisane de la politique d’apartheid, qu’elle considérait comme un « moindre mal ». En réalité, l’ANC de Nelson Mandela était un parti révolutionnaire et en France son soutien le plus actif était le PC. On a assez reproché –à juste titre- aux communistes français d’avoir été aveugles au sujet des régimes de l’Europe de l’Est d’avant 1989 pour reconnaître aujourd’hui que sur l’Afrique du Sud, ils avaient raison. Contrairement à la droite Française, qui faisait preuve d’une cécité coupable sur ce sujet. Mais ne sombrons pas dans un anachronisme accusateur et revenons à cette double représentation française bienvenue aux funérailles de Mandela. Il y a eu un précédent dans l’histoire récente. A la mort d’Omar Bongo Nicolas Sarkozy avait invité Jacques Chirac à se rendre avec lui aux obsèques du potentat gabonais. L’ancien président –ami personnel de Bongo- s’y était rendu, mais là encore, sans emprunter le même avion que son successeur ! Il ne s’agissait pas vraiment de funérailles d’une figure tutélaire de l’humanisme mondial mais plutôt d’un dictateur, prévaricateur de la France-Afrique affairiste. L’idée même que deux présidents français aient été à l’enterrement d’Omar Bongo, n’est pas particulièrement glorieuse pour notre pays. Avec les cérémonies d’aujourd’hui nous sommes, bien sûr, dans un tout autre cas de figure. Et c’est assez étrange que du côté de l’Élysée comme du côté de Nicolas Sarkozy, on cherche à banaliser ce geste. C’est "un geste républicain classique", disent les sarkozystes. De la « continuité républicaine» se justifie-t-on à l’Elysée. Jean-Pierre Raffarin a même dit dimanche sur _France Inter_ , un brin mesquin, que ce geste venait un peu tard, après trop d’anti-sarkozysme de la part de la gauche. Décidément notre démocratie basée sur l’affrontement permanent paraît souvent bien immature. ### Allez plus loin : [Hollande et Sarkozy ensemble aux obsèques de Mandela ](http://www.franceinter.fr/depeche-hollande-et-sarkozy-ensemble-aux-obseques-de-mandela)sur le site de France Inter
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.