**Nicolas Sarkozy a reçu Lionel Jospin, puis Martine Aubry hier à l’Elysée. Quelle en est la signification politique ? On va l’examiner, bien sûr il y en a une, il y a de la stratégie, de la politique, de l’habileté…tout ce que vous voulez mais juste avant convenons tout de même que c’est plutôt positif et normal qu’un président consulte, à droite comme à gauche et reçoive des personnalités qui ne sont pas de son bord politique avant de mettre en place une réforme comme celle de la taxe carbone. Ceci posé, on n’est pas non plus à ce point naïf pour croire que Nicolas Sarkozy attendait beaucoup de conseils précis de la part de Lionel Jospin ou de Martine Aubry. On le sait grâce au magistral déraillement de la com’ de l’Elysée sur la taxe carbone, toutes ces consultations sont de pure forme puisque la décision est déjà arrêtée. Ces invitations ont donc une signification plus politicienne que politique. Nicolas Sarkozy est le Président de tous les français, et il faudrait que ça se voit un peu. Il faut que ça se voit d’autant plus qu’il se comporte généralement ouvertement plus comme le chef de la majorité. Il ne peut d’ailleurs pas faire autrement que de donner cette impression à partir du moment où il assume à lui tout seul l’action du gouvernement, à partir du moment où il efface, par sa façon de gouverner, le rôle du premier ministre et même celui du Parlement puisque, en l’occurrence un débat sur une taxe devrait avoir lieu à l’assemblée et pas ailleurs. En devenant Président-Premier Ministre et président du groupe UMP, il prend, automatiquement la fonction de chef de la majorité, fonction traditionnellement dévolue au chef du gouvernement. La seule différence (et c’est ce qui crée cette impression de déséquilibre de nos institutions) la seule différence c’est que le Président n’est pas responsable devant le parlement et n’a jamais à s’expliquer devant lui ni devant personne d’ailleurs. Il faut donc que Nicolas Sarkozy, tout puissant donne, d’une façon ou d’une autre l’impression de ne pas être enfermé dans son château avec son clan. Consulter des opposants notoires ne coûte rien, n’engage à rien mais ça fait des images d’ouverture. Mais on dirait quand même que Nicolas Sarkozy porte une attention particulière à la gauche en ce moment!Oui, ça a toujours été le cas mais ça ne se manifeste pas toujours de la même façon. Au début il y eut l’ouverture. Aujourd’hui l’ouverture est plus difficile à alimenter, il n’y a plus tellement de candidats crédibles à gauche pour aller jouer la rose dans le pot de fleur gouvernemental. L’ouverture en était donc au recyclage d’elle-même. Fréderic Mitterrand, (ce n’était déjà plus que de l’ouverture patronymique), Fréderic Mitterrand nommé l’année dernière à la villa Médicis a été nommé une deuxième fois…ce coup-ci au ministère de la culture, Michel Rocard enchaine les missions. Bref ça tourne un peu en rond et ce ne sont pas des prises de première jeunesse. Donc, pour entretenir la machine d'ouverture, la consultation de personnalités de gauche peut faire office de méthadone. Cette stratégie théorisée par Alistair Campbell, le conseiller de Tony Blair, la stratégie dite de triangulation consiste aussi à s’emparer des thèmes, des symboles et parfois du vocabulaire de ses adversaires, non pas pour les singer ou leur voler leur solution mais pour brouiller leur discours, mettre le souk dans leurs concepts. Enfin, si Nicolas Sarkozy est un admirateur affiché de Tony Blair, il est aussi un inconditionnel de François Mitterrand. Du Mitterrand stratège. Il sait que la campagne référence pour une réélection c’est la fameuse « France Unie » de 1988. Une élection présidentielle se gagne en commençant par mobiliser son propre camp, une réélection se gagne en commençant par démobiliser le camp adverse tout simplement parce que quand on est Président on en a les moyens politiques…bon mais à part ça, et nonobstant cette vision cynique de la démarche, il est tout à fait normal que le président reçoive Lionel Jospin ou Martine Aubry à l’Elysée…bien sûr !**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.