J-11 avant le premier tour de l’élection présidentielle. Les candidats sont sur tous les fronts, et s'agitent sur tous les thèmes de campagne, quitte à nous donner à tous le tournis. Campagne zapping, candidats zappings pour cette édition 2007. En 2002 souvenez-vous, le débat électoral avait été relativement morne entre les deux sortants Chirac/Jospin, jusqu'à ce qu'il se cristallise et focalise sur le thème de l'insécurité. La faute aux médias ont dit les uns, manoeuvre de la droite ont accusé les autres. Qu'importe, la thématique quasi exclusive, a fait perdre les uns et gagner les autres. La version 2007 n'a rien à voir : on parlera du social et rien que du social croyait on savoir il y a encore quelques mois. Une enquête menée conjointement par Pèlerin magazine et France Inter laissait apparaitre que le problème de l'emploi était au coeur des préoccupations des Français, leur priorité absolue. Et puis la campagne a vraiment commencé. Peut être parce qu'elle dure, qu'elle s'étire et qu'elle n'en finit pas, peut être parce que les principaux candidats, sont plus scotchés que jamais aux enquêtes sondagières et marketing qu'ils dévorent, le fait est qu'il n'y a pas un thème qui fasse débat plus de 3 jours, pas une mesure développée plus longtemps que le temps d'un meeting, pas un candidat non plus qui reste les yeux fixés sur son propre horizon. ça zig zag sec ! Alors, la dernière polémique en date, mais elle a déjà 5 jours d'âge pensez-vous, est née des propos de Nicolas Sarkozy sur le déterminisme génétique supposé des pédophiles, et des suicidaires. Les réactions sont unanimes. De l'extrême droite à l'extrême gauche, en balayant tout le spectre politique, tous les autres candidats ont dit l'inanité voire la dangerosité d'une telle pensée "tentation d'obscurantisme, risque d'eugénisme, souvenirs glaçant d'une autre époque". Sur internet, les blogueurs se déchainent. Pas un pour défendre les thèses du candidat. Mais après tout peut-on avoir raison seul contre tous ? Oui sans doute, cela arrive, même si cela devient plus difficile lorsqu'il s'agit aussi d'avoir raison contre la science. Mais c'est surtout de la part de Nicolas Sarkozy, un curieux contresens par rapport à ce qu'il porte dans cette campagne ; lui qui aime tant plaider pour la responsabilité de l'individu face à son destin, pourquoi tout à coup ériger l'irresponsabilité humaine en postulat ? Certains diront qu'il ne fait que retourner à ses racines idéologiques, celles qui ne sont pas si éloignées des thèses de la nouvelle droite américaine qui plaide pour la prédominance de l'inné. D'autres se demanderont en s'amusant s'il ne règle pas là un problème personnel, lui qui est tellement convaincu depuis toujours, qu'il est né pour être président de la république. Si c'est pas du déterminisme ça ! Les derniers resteront en suspend, se demandant, c'est quoi cette campagne zapping ??? D'ailleurs je vous avais prévenu, c'est déjà fini."Le canard enchainé" affirme ce matin que le candidat aurait promis à Jacques Chirac une loi d'amnistie des affaires financières. Nouveau débat à venir c'est sûr et après on se demande pourquoi les électeurs, eux aussi, ont envie de zapper?

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.