L’affaire Benalla... le silence du président...

Le  président n’a parlé de l’affaire que deux fois : à la radio, interrogé  par Nicos Aliagas,  il a dit sa déception à l’égard d’un collaborateur et a tordu le cou à  la rumeur sur une police parallèle à l’Elysée. C’était début novembre,  la dernière fois, donc, que le président répondait (et pas en direct) à  un journaliste. Avant cela, Emmanuel Macron  avait évoqué l’affaire, en juillet, devant les parlementaires de la  majorité, donc dans un cadre partisan et par un exercice de faux off,  opportunément diffusé. On en retient une violente charge contre la  presse qui, je cite, ‘ne recherche plus la vérité’.  Il avait d’ailleurs affirmé à l’époque, d’une façon qui paraissait pour  le coup plutôt courageuse, ne pas vouloir se défausser sur d’éventuels  fusibles... et eut cette phrase aussi bravache qu’étrange pour un  président ‘S’ils veulent un responsable, qu’ils  viennent me chercher’. Tous les journaux, radios, télés sont allés le chercher, c’est à dire lui ont lancé des invitations... en vain.
Depuis la presse a ‘cherché la vérité’…
Et  fait des révélations. Mais chaque révélation (un coffre-fort qui  disparaît, des passeports  diplomatiques utilisés indument) ouvre d’autres zones d’ombres. Chaque  dévoilement d’un pan de l’activité débordante de Alexandre Benalla épaissit encore  le mystère. Et puis l’homme en qui le président avait mis toute sa  confiance a menti sous serment, devant les parlementaires.  On sait maintenant, via les enregistrements révélés par Médiapart, que  le conjoint de la cheffe de la sécurité de Matignon, en affaire avec  Benalla, avait un lien contractuel avec un homme d’affaire russe proche  de Vladimir Poutine lié à la mafia ! L’appartement  de la responsable de la sécurité de Matignon était donc sonorisé,  peut-être par un service français ou étranger, ou une quelconque  officine ! Selon l’expression consacrée en pareil cas et, j’en conviens,  un peu emphatique : on est en droit de savoir ! On peut  légitimement réclamer des explications au chef de l’Etat! Les  ingrédients d’une affaire d’Etat sont réunis... Après tout, rien ne dit  que le président est au courant des activités d’Alexandre Benalla. Mais  tant qu’il reste coi, rien ne dit le contraire non  plus ! En ce moment, il parle des heures durant, chaque semaine, devant  des publics variés et personne ne peut (ce n’est jamais le propos) lui  demander d’évoquer cette affaire. Pourtant, pour l’instant,  l’Etat, le  président lui-même, peuvent encore apparaître  comme victimes d’un homme qui s’est servi de sa situation au cœur du  pouvoir. Le président peut, au mieux, être aussi victime de lui-même,  d’un mauvais jugement sur un homme, d’une confiance octroyée à tort...  Mais à continuer à se taire, il accrédite l’affaire  d’Etat. Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, l’absence totale  d’explications, au milieu d’un flot de paroles, entretient la suspicion.  La capacité institutionnelle qu’a le président français à sécuriser son  monologue accentue la distance et la défiance.  Aucun autre chef d’exécutif de pays démocratique n’aurait pu rester  aussi longtemps silencieux sur une affaire qui met en cause des rouages  du sommet de l’Etat. Aucune modernisation de la gouvernance, là non  plus, n’est intervenue avec la présidence Macron.
 
 
 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.