Finalement, Christine Boutin renonce à son salaire de 9500 euros pour la mission que lui avait confiée Nicolas Sarkozy.Oui, Christine Boutin l’a annoncé hier soir en précisant bien que ça ferait jurisprudence pour toutes les autres missions payées, laissant entendre que les missions de ce type étaient régulièrement rémunérées. Alors il faudrait maintenant que l’on sache s’il ya d’autre missions de la sorte ? Avec collaborateurs payés, du même parti que le missionné, comme c’est encore le cas pour Christine Boutin parce que jusqu’à preuve du contraire, Jacques Attali, Jack Lang, Michel Rocard et Alain Juppé qui ont chacun rempli des missions de ce type pour l’Elysée l’ont fait gratuitement… mais bon, remarquons que après le « il n’y a rien d’illégal » de rigueur pour défendre madame Boutin dans la majorité, le ton avait changé en à peine 48 heures. Les revirements sont de plus en plus rapides. On est loin des 2 semaines qu’il fallait attendre pour que l’exécutif comprenne que l’affaire Jean Sarkozy scandalisait tout le monde et que toutes les opérations de défense du fils du président ne faisaient qu’aggraver la situation. Nathalie Kosciusko-Morizet, hier appelait à une totale transparence sur les diverses missions et leurs rémunérations de personnalités politiques, on pourrait ajouter aussi sur leur réelle opportunité. Et puis, pourquoi un ministre remercié devrait forcement se voir confier un poste rémunéré, comme Roger Karouchi ou Xavier Darcos devenus ambassadeurs à l’OCDE ou à la culture française ? Il y a pléthore d’ambassadeurs de métier qui attendent une affectation en touchant leur salaire ! Longtemps ce genre d’interrogation était considérée comme démagogique, poujadiste, voire populiste. Le premier reflexe de nombreux politiques est encore celui là : « c’est légal donc il n’y a pas de problème ». Sauf que le problème c’est d’abord que ce soit légal. Il est étrange d’entendre celui qui fabrique la loi s’abriter derrière le fait qu’une loi existe ! Mais le cumul des salaires est réglementé ?Pas dans le cas des missions rémunérées. Dans le cas des cumuls des mandats oui. Un député-maire, par exemple ne peut pas toucher entièrement ses deux salaires. Son revenu est plafonné (on dit écrêté) à 7500 euros plus 5000 euros de frais sans avoir besoin de justifier ces frais, (au passage, cette règle des frais des parlementaires sans justificatifs est aussi une bizarrerie française). Mais ce que l’on ne dit jamais sur le plafonnement des revenus, c’est que le surplus (donc le produit de l’écrêtement)…he bien ce surplus est donné à qui le cumulard veut le donner au conseil municipal. Certains maires répartissent ce surplus pour tout le conseil, ce qui n’est pas un luxe car, bien souvent, dans les villes moyennes, les conseillers municipaux ne sont pas bien payés. D’autres maires décident d’utiliser ce surplus pour rémunérer certains conseillers qui ont une mission particulière, mais il existe aussi des maires qui rémunèrent leurs fideles. Et puis il y a le cas de Patrick Balkany, on n’est jamais déçu avec Patrick Balkany, le maire de Levallois-Perret dans les Hauts de Seine. Savez-vous ce qu’il fait du produit de son écrêtement ? Il le donne généreusement à sa premier adjointe qui paraît-il, est très méritante. Sa première adjointe s’appelle Isabelle Balkany, c’est sa femme. Alors pour ne pas complètement dégouter nos auditeurs de la politique, rappelons qu’il y a plusieurs dizaines de milliers d’élus locaux en France qui ne touchent quasiment rien et qui passent leur vie à servir la communauté en se débattant par manque de moyens, non seulement pour eux mais aussi pour leurs communes dont les finances sont dans un état de plus en plus critique. Ce qui est dénoncé avec véhémence en ce moment n’est pas nouveau mais, la crise, la promesse de 2007 d’instaurer une république irréprochable font que ce qui était toléré ne l’est plus. Chateaubriand disait « Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus ». visiblement, nous en sommes aux abus.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.