Vélo et caméra… Le bilan des municipalités sortantes. Il y a un bilan global à tirer, même si suivant la taille de la commune et sa situation (zone rurale, métropole), les situations diffèrent… Ces 6 dernières années, les villes ont beaucoup changé.

L’intercommunalité s’est imposée pour les plus petites municipalités… Pour les plus grandes, on peut dessiner des axes communs. Globalement elles ont (à l’exception notable de Marseille qui semble sous administrée) fait des efforts importants sur l’environnement et la sécurité. Avec des résultats que les administrés discutent et évaluent en ce moment, mais ces deux axes sont visibles et peuvent se caractériser par deux objets emblématiques : le vélo et la caméra… 

Les pistes cyclables, la place faite aux circulations dites ‘douces’ et la vidéosurveillance… Si presque tous les maires s’y sont mis, c’est avec, bien sûr, des différences : de la création réfléchie de voies cyclables en site propre, accompagnées d’une politique contraignante de réduction de la voiture, au simple marquage au sol… du quadrillage de la ville de caméras reliées en permanence à un central, avec une police municipale armée et fournie… à la simple vidéosurveillance sur les quelques points stratégiques…

Il y a bien sûr un éventail d’actions possibles… mais presque plus aucun maire (de droite ou de gauche) ne s’oppose à cet instrument pourtant coûteux. Entre 2007 et aujourd’hui, on est passé de 13.000 caméras à 56.000. La plupart des études universitaires et autres évaluations n’arrivent toujours pas à prouver l’efficacité sécuritaire de cet instrument, en rapport avec l’argent qui y est investi… mais les électeurs font pression. Ils veulent des caméras. Maires et candidats répondent à cette demande populaire.

Il y a quand même une différence droite-gauche sur ces sujets ?

Oui dans l’ordre des priorités et dans l’intensité de la mise en place… Mais rares sont ceux qui refusent complétement le vélo et la vidéosurveillance. Même le programme de l’apparenté RN, Rober Ménard, qui fait, à Bézier, de la sécurité sa priorité, consacre une page de son programme à vanter la place du vélo dans sa ville et ses projets en la matière. La quasi-totalité des candidats de gauche ou même écologistes, qui se sont toujours prononcés contre les caméras, ne prévoient pas de les retirer s’ils gagnent. 

Sécurité et environnement sont bien les principaux thèmes de cette campagne. Le RN et les écologistes, porteurs emblématiques de ces deux préoccupations (chacun la sienne, bien sûr) en profiteront-ils électoralement ? Les écologistes sont donnés assez hauts dans les sondages… Le RN, lui, est surtout attendu dans les villes moyennes et périurbaines… Malgré un poids électoral plus faible nationalement (mais grâce à une capacité à s’allier beaucoup plus large) EELV peut, elle, contrairement au parti de Marine Le Pen, espérer décrocher plusieurs villes de plus de 100.000 habitants… Vélos et caméras : deux outils qui ne s’opposent pas forcément mais qui  disent beaucoup de la vision de la cité et du monde de ceux qui en font leur priorité…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.