Michèle Alliot-Marie est ce soir l’invitée du Franc Parler, l'émission politique de France inter en partenariat avec le Monde et I-Télé. La ministre de la Défense laisse entendre de plus en plus clairement qu’elle pourrait bien jouer sa carte en 2007. Michèle Alliot-Marie, dite MAM, est aujourd’hui la dernière coqueluche des chiraquiens ! Impossible de croiser un élu, un conseiller, un ministre proche du chef de l’état, sans qu’il ne s’extasie un peu bruyamment : « MAM : quel parcours remarquable ! Elle a fait un sans faute. » Qu’importe que Michèle Alliot-Marie n’ait pas eu depuis 2002 le ministère le plus difficile, c’est le seul par exemple qui n’ait guère eu à se plaindre de son budget et le ministre de la défense est surtout le bon petit soldat du chef des armées, le président de la république, « elle n’a pas ridiculisé la fonction » tranche un de ses collègues du gouvernement. Pourquoi tant de louanges et d’éloges à l’égard de celle qui suscitait il y a peu encore, critiques et quolibets ? Tout simplement parce qu’en ces temps de sarkozysme aigu à droite, Michèle Alliot-Marie apparaît aujourd’hui comme la seule carte alternative des chiraquiens. Dominique de Villepin a beau respirer à nouveau dans les sondages, les amis du président ne croient plus guère en ses chances pour 2007. Alors ils se disent : pourquoi pas MAM ? Ils recensent consciencieusement ses atouts : Ça ne vous a pas échappé qu’elle est une femme ; un face à face avec Ségolène Royal, si elle était désignée par le PS, ce serait tout sauf ringard pensent-ils. Elle a un -petit- matelas de popularité qu'elle s'est constituée lorsqu'elle était présidente du RPR. Elle a une fonction qui lui a permis de développer une vision de la société française large dit-on, et pas strictement militaire. Bref en un mot, elle a le profil ! Pas encore de quoi faire un tabac reconnaissent-ils, mais elle pourrait néanmoins capitaliser, grignoter sur son nom tous ces électeurs de droite, gaullistes, pas libéraux, pas atlantistes, pas forcément très modernes, mais tous ceux qui n’arrivent à se résoudre à voter sarkozy l’an prochain. Et puis, j’allais oublier : l’atout essentiel de MAM : elle y croit ! Elle croit à ses chances, elle a envie d’y aller et elle se prépare à cette candidature. Elle défend publiquement le bilan de Jacques Chirac, elle met en avant sa stature internationale acquise comme ministre de la défense. Elle travaille avec des experts sur l’éducation, la technologie, l’agriculture. C’est son grand dada ça, elle est convaincue que l'agriuclture sera à moyen terme un élément de puissance pour un pays, comme l’est le pétrole aujourd’hui. Michèle Alliot-Marie affirme qu'elle se décidera en janvier, elle choisira alors de féminiser, ou non, la formule gaullienne « la présidentielle, c’est la rencontre d’un homme et d’un peuple ». Mais elle a déjà prévenu ses proches : Si j’y vais, leur a-t-elle dit, ce n’est pas pour faire 5%. J’y vais pour gagner. Une assurance qui pour l’instant cependant n'effraie pas Nicolas Sarkozy.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.