Je pense que l’on ne s’en est pas encore aperçu jusqu’ici mais Philippe Poutou est en train de devenir culte. L’attitude, la désinvolture modeste de Philippe Poutou vis-à-vis du pouvoir, des médias, des codes de la représentation de la politique, donnent l’impression que quelqu’un vient juste d’ouvrir grand la fenêtre. Philippe Poutou est à des années lumières du discours borduré, rodé, formaté (responsable peut-être) des autres candidats impeccablement « brushingués ». Il faut voir son clip officiel qui ressemble à un sketch potache. Il tranche aussi avec l’habituelle vulgate d’enrégimentement de l’extrême gauche. Son propos n’a, normalement, rien à faire dans une présidentielle puisqu’il ne cesse d’affirmer qu’il n’attend qu’une chose, c’est de retourner travailler et lutter avec ses camarades de Ford. Hier soir sur France 2, le dialogue Poutou/Lenglet était aussi incongru qu’une discussion entre Lady Gaga et Benoît XVI ! Philippe Poutou développait toute une série de mesures basées sur « l’expropriation, la réquisition », des mots forts qui d’habitude fleurent l’autoritarisme. Mais sa mine bienveillante et narquoise montrait surtout qu’il ne croyait pas en l’autorité et la coercition. Il représente une forme de révolte qui ressemble à celle des indignés qui proclament qu’ils se méfient autant du pouvoir qu’ils combattent que de celui qu’ils pourraient avoir eux-mêmes.

C’est au fond le retour d’une forme de discours anarchiste.

Oui. Quand on entend Philippe Poutou, on pense au poème de Jacques Prévert, « l’effort humain », qui stigmatise l’embrigadement et l’aliénation par le travail. Il y a chez lui, effectivement une lueur d’anarchisme qui est dans la tradition ouvrière française et qui avait été oubliée, écrasée par le socialisme et le communisme depuis la Première guerre mondiale. Poutou est à la politique française ce que la moustache est à la Joconde revisitée par Marcel Duchamp. Pour autant… Philippe Poutou n’est pas un candidat farfelu, un Coluche ou un Marcel Barbu… Sa parole est lourde des souffrances sociales du moment. Il aussi le seul à oser dire qu’il faut une liberté totale de circulation pour tous les immigrés et qu’il ne faut plus de notes à l’école… Au moment où tout le monde dresse des frontières et glorifie la compétition. Il y a un petit côté « si tous les gars du monde » que l’on peut trouver niais ou irréaliste… mais à l’heure où la gauche de la gauche, avec Jean-Luc Mélenchon, chante La Marseillaise à la fin de chaque meeting, cette lueur libertaire n’est pas si mal venue. Poutou n’est pas officiellement anarchiste et sa famille politique s’est souvent durement affrontée aux anarchistes mais son attitude y fait penser. Et l’anarchie, c’est une parcelle essentielle de l’esprit français, c’est cette méfiance vis-à-vis du pouvoir, de ce celui des puissants comme du sien, dirait Brassens ! Philippe Poutou fera certainement un score presque nul à cette élection mais il aura au moins réveillé cette once d’anarchie qui sommeille dans les fossés de la politique française. C’est déjà ça.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.