Nadine Morano
Nadine Morano © Max PPP

Ce matin vous nous parlez des élections européennes. Elles auront lieu le 25 mai 2014… C’est loin !

C’est loin, mais les têtes de listes pour les 8 grandes circonscriptions sont désignées maintenant. Et on a vraiment l’impression que l’UMP et le PS ont décidé de concourir pour le titre de celui qui arrivera le mieux à ruiner ses chances.

On sait déjà que ce scrutin, mobilise peu, qu’il est utilisé, par beaucoup d’électeurs, comme un défouloir et n’est donc pas favorable –par nature- aux partis de gouvernement. Deux partis qui auront fort à faire pour expliquer qu’il faut une grande ambition européenne dans cet univers de défiance à l’égard des institutions communautaires.

Loin de chercher des leaders et des compétences pour mener les listes les deux grands partis se sont lancés dans une opération de recyclage. A l’UMP, pour conduire la liste Grand-Est, le parti de Jean-François Copé avait le choix entre Arnaud Danjean et Nadine Morano . Arnaud Danjean , député européen sortant. Polyglotte, spécialiste de la Défense, très bon connaisseur du continent – notamment des questions qui touchent aux Balkans - mais pas seulement, parlementaire expérimenté, assidu et travailleur, donc qui n’a pas eu trop le temps de se faire connaître à Paris par une implication trop forte dans les passionnantes luttes internes entre fillonistes et copéistes : il n’a pas été choisi !

L’UMP a préféré… Nadine Morano, qu’on ne présente pas !

Non, par courtoisie, tant la comparaison avec Arnaud Danjean serait cruelle ! Quand même Nadine Moran o, conseillère régionale de Loraine que personne n’a jamais entendu parler l’anglais ni une autre langue européenne qu’un français vindicatif, qui a été battue aux dernières Législatives, sera donc chargée de porter le discours mobilisateurs sur les questions européennes.

Nadine Morano a bénéficiée du soutien insistant de Nicolas Sarkozy , vous savez, le président battu qui avait décidé de prendre de la hauteur et de ne plus se mêler de petite politique. Le principal mérite de Nadine Morano, qu’il faut sans doute récompenser, c’est d’être le mégaphone tout en nuances des pensées sarkoziennes.

Autre exemple, au PS, cette fois. Dans la circonscription Sud-Est, c’est Vincent Peillon qui sera tête de liste. L’homme est certes brillant mais n’est-il pas ministre de l’Éducation ? Si ! Veut-il devenir député européen ? Non ! pourquoi fait-il campagne alors ? Aucune idée. Qui défendra la vision européenne du parti socialiste dans la vaste circonscription massif central-Centre ? A la surprise générale c’est Jean-Paul Denanot , l’actuel président du conseil régional du Limousin. Il faut, parait-il, libérer cette place pour quelqu’un d’autres. Mais surtout, selon Le Monde c’estFrançois Hollande (qui s’occupe donc autant de la Corrèze que du Zambèze) qui a personnellement insisté pour que monsieur Denanot soit tête de liste.

François Hollande , vous savez l’ancien candidat à la présidentielle qui avait dit qu’il ne s’abaisserait pas à faire de la politiques partisane. Une bonne partie de notre destin se décide en Europe, l’élection européenne devrait constituer une occasion de tenter, au moins, de réconcilier les Français avec l’idée européenne, ou de faire des propositions crédibles pour la réformer ! Mais ça ressemble surtout à une opération de tri sélectif pour vaincus du suffrage direct, un hochet pour porte-flingue de clans, un placard à notables locaux.

Je crois que je peux prendre un peu d’avance et écrire dés maintenant l’édito du 26 mai qui analysera le record d’abstention et le carton plein du Front National.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.