Ce matin vous évoquez l’offensive culturelle menée par la droite.

Tous à poil !(couverture du livre)
Tous à poil !(couverture du livre) ©

Oui, la conjonction de deux facteurs politiques conduit les dirigeants de l’UMP à mener une offensive hallucinante, brouillonne et à la limite du ridicule sur le terrain culturel : le réveil de la droite catholique traditionnelle et la fin de la différentiation gauche/droite en matière de politiques économiques.

Ces deux facteurs poussent le principal parti de l’opposition à sur réagir aux soubresauts de l’actualité ayant trait à la religion, à l’éducation ou à la sexualité. La France réactionnaire, sociologiquement typée qui s’est aperçue, lors des manifs pour tous (version Ludovine de la Rochère) qu’elle pouvait avoir l’air en phase avec son temps, cette France qui se sentait écrasée, méprisée par la gauche culturelle triomphante depuis 68, donne de la voix.

Les réseaux sociaux lui font office de mégaphone. Elle est émerveillée de pouvoir sortir au grand jour sans avoir l’air de sortir des caves de l’Histoire. Épatée par elle-même d’avoir survécu à une gauche culturelle ayant gagnée dans les esprits et les médias. La droite culturelle est toute excitée de se croire « déringardisée », de représenter une contre culture en marche. Jean-François Copé semble vouloir utiliser cette énergie contestataire pour poursuivre la fameuse entreprise lancée, il y a quelques années par Nicolas Sarkozy. Souvenez-vous quand il voulait décomplexer la droite !

C’était surtout à propos des questions économiques et sur la sécurité que Nicolas Sarkozy disait vouloir « décomplexer la droite ».

jean-françois copé mécontent de l'accord entre l'ump et françois bayrou à pau
jean-françois copé mécontent de l'accord entre l'ump et françois bayrou à pau © reuters

Oui et d’ailleurs il a réussi cette opération. Il a même réussi (ou du moins réussi à faire croire que c’est lui qui avait réussi) à complexer la gauche sur ces thèmes de l’économie et de la sécurité. Jean-François Copé entend donc, maintenant que la droite est décomplexée sur les thèmes culturels et sociétaux, il entend donc, passer à l’étape suivante : complexer la gauche sur ces questions !

François Mitterrand, à prés l’échec de justesse du PS aux législatives de 1978 avait expliqué que la gauche était maintenant culturellement majoritaire et donc qu’elle n’allait pas tarder à le devenir politiquement. Jean-François Copé à ce schéma en tête. Et ça donne cette mise en accusation des profs – incarnation de la domination de la gauche culturelle - des profs, qui deviendraient des pourvoyeurs du « dégenrage », des militants de « l’homosexualité » et même, selon Nadine Morano, citant le livre « Tous à poil », des promoteurs de la pédophilie !

De même s’agissant du rapport tout à fait pâlichon sur l’intégration Jean-François Copé explique que le gouvernement fait l’éloge du communautarisme, et déconstruit l’identité française. Ce pari idéologique d’un Jean-François Copé, qui, il y a trois ans se disait tout à fait indifférent au mariage homosexuel est assez hasardeux.

Il s’appuie sur l’angoisse bruyante d’un monde qui s’en va sur ce que Victor Hugo appelait les « ruades de l’agonie ». Il en est un qui semble l’avoir compris : Nicolas Sarkozy. Il se tait pour l’instant. Son silence ménage le doute mais son "body langage" politique (son soutien affiché à NKM, par exemple) semble dire qu’il n’emboîtera pas ce pas réactionnaire sans avenir. La bataille culturelle que veut livrer Jean-François Copé risque donc d’être plus dévastatrice pour son camp que pour la gauche.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.