Par Carine Bécard

Après la Manif' pour Tous, Christine Boutin veut transformer l'essai dans les urnes dès les élections européennes de juin prochain. Elle a lancé hier, un nouveau parti : "La France, l'Europe et la Vie". Un mouvement contestataire et résolument catholique...

Oui, et un mouvement surtout, qui s'appuie sur toute une kyrielle de groupuscules qui ont fleuri, ici et là - spontanément - pendant ces longs mois de mobilisation contre le mariage homosexuel. Des groupes, qui se qualifient eux-mêmes de "révolutionnaires", "conservateurs" et "néo-catholiques". Vous avez peut-être entendu parler des "Veilleurs", ou bien des "Hommen" ou encore des "Antigone". Voilà, pour les présentations

Le problème, c'est que toutes ces nouvelles associations sont victimes de leur succès... Elles se retrouvent aujourd'hui à devoir gérer un public - assez - conséquent, et surtout très mobilisé, mais sans savoir comment occuper, désormais, tous ces gens. La même problématique s'était déjà posée, juste après mai 68. Autrement dit, comment transformer un mouvement - initialement - social en un mouvement politique. Une partie de la solution, c'est bien sûr de faire vite.

Quitte à ce que ça passe - finalement - pour ce que c'est : de la récupération politique...

Oui, d'ailleurs, posons-nous la question : qui est en capacité de récupérer le mouvement ? En réalité, pas tant de monde que cela. L'UMP, bien sûr, en rêvait... Mais le parti de Jean-François Copé a bien trop déçu les fervents défenseurs du mariage traditionnel. Ces nouveaux "militants de la rue" n'ont jamais accepté que la bataille soit terminée - à peine - le texte sur l'union homosexuelle définitivement adopté.

Il restait donc Christine Boutin - qui a le succès politique que l'on sait : 1,2% à la présidentielle de 2002 -, et Béatrice Bourges - radicale, parmi les radicaux de la Manif' pour Tous -, fondatrice en mars dernier, du mouvement "Le Printemps français". Cette fois, pour créer un vrai parti, "La France, l'Europe et la Vie", elle a décidé de se tourner vers une politique, de s'appuyer sur Christine Boutin.

En d'autres termes, l'ancienne députée des Yvelines et ex-présidente du parti Chrétien-Démocrate est avant tout priée de bien vouloir offrir sa notoriété, et surtout son expérience à tous ces néophytes en combats électoraux. Se cantonnera-t-elle à ce rôle-là? Pas sûr... Christine Boutin espère sans doute décrocher un confortable siège de députée européenne, en juin prochain. Elle pourrait même envisager secrètement de "monnayer" en 2017 - qui sait ! - à Nicolas Sarkozy, ces voix catho qui lui ont toujours fait défaut.

En tout cas, la démarche de ce nouveau mouvement est contestataire... Faut-il y voir un "tea-party" à la française ?

Oui et non... Le "tea-party" américain s'en prend essentiellement à l'Etat et à ses impôts. Rien à voir, donc, avec cette toute récente formation politique qui met en avant la défense de la Vie et de la Famille. Et pourtant, c'est malgré tout une forme de tea-party, dans la mesure où ces mouvements se créent généralement dans une période de crise - de crise économique pour le tea-party américain qui est apparu en 2008, ou de crise des valeurs pour notre tea-party à la française -.

C'est une période en tout cas, de laquelle émerge - à droite - un nouveau rapport au monde. Une nouvelle représentation de ce monde. Et c'est ce qui s'est passé avec le "Mariage pour Tous". L'ordre moral, pour certaines personnes, s'en est trouvé bouleversé. François Hollande pensait, avec ce texte, réussir à désorganiser toute la droite. il est visiblement - surtout - parvenu à ressouder et à restructurer une de ses formes les plus dures.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.