Second tour des législatives : tout le monde est reparti en campagne dès hier. Mais à la tête du parti socialiste, sont apparues une nouvelle fois, des divergences sur la stratégie à adopter pour tenter de sauver les meubles. La "démocratie téléphonique". François Hollande a mis quelques minutes, allez, quelques heures pour trouver la parade et retrouver son humour, légendaire. Dimanche soir, le premier secrétaire du PS apparait à la télé un peu sonné par les résultats du premier tour qui annoncent sinon une bérézina, en tout cas une vraie retraite, un seul mot d'ordre après 20H : mobiliser les abstentionnistes et dénoncer les majorités qui écrasent. Pas un mot pour François Bayrou, en bureau national le soir même, il a été décidé qu'il ne fallait pas remettre au centre du jeu le président du Modem, défait par le scrutin. Mais ce qui vaut pour le PS visiblement ne vaut pas pour Ségolène Royal. Hier matin, l'ex candidate à la présidentielle annonce ex abrupto qu'elle va prendre un contact téléphonique avec François Bayrou."Nous devons joindre nos forces circonscription par circonscription" précise-t-elle. Ce serait dit-elle, "une bonne façon de préparer l'avenir". Problème, quelques instants plus tôt, François Hollande sur France Inter, a dit exactement l'inverse, "je ne m'adresse pas au candidat a-t-il insisté, mais à ses électeurs". Pas de désistement républicain, pas de soutien réciproque affiché, tout juste consent-il à défendre le "pluralisme" lorsque le candidat socialiste est éliminé dans une circonscription. Alors, quand vous lui demandez ce qu'il pense du coup de fil de Ségolène Royal, on sent comme un flottement dans l'air. Pendant quelques instants, François Hollande apparait surpris, scotché, agacé ? "espanté, comme on dit à Toulouse - ça ne dure qu'un instant, allez, quelques heures avant que le premier secrétaire ne trouve donc la parade et retrouve son humour, ironisant sur la "démocratie téléphonique" qui implique que n'importe qui peut appeler n'importe qui, pour raconter n'importe quoi. Mais dans cet instant de flottement, on a tout vu. La liberté de Ségolène Royal, qui depuis qu'elle a décidé de repartir au combat se comporte déjà en future première secrétaire du ps, décidant seule contre tous de la ligne du parti. On a même cru discerner hier soir sur le plateau télé, une curieuse propension à se prendre aussi pour François Bayrou, quand elle s'est mise à fustiger avec violence le non respect du pluralisme de la part de France 2 ... Dans cet instant de flottement, on a vu bien sûr, la solitude de l'actuel premier secrétaire du ps, qui assiste impuissant à un bis répétita boiteux de l'histoire, on ne peut pas dire que le couple de l'entre 2 tours de la présidentielle Royal/bayrou ait fait toutes ses preuves On voit surtout d'immenses points d'interrogation clignoter ... Comment rebondir, avec qui, en nouant quelles alliances, à gauche, au centre, tout seul, quelle est la place dans le parti d'une ex candidate, qui n'a pas démérité mais enfin, qui a quand même perdu... Le coup de fil de Ségolène Royal ressemble à un appel d'urgence; mais après la démocratie téléphonique, il serait peut être temps que le ps se mette très vite à la démocratie par internet, vous savez celle qui permet les forums de discussions...les endroits où on peut parler à plusieurs...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.