Ce matin, Thomas : tentative de défense de Jean-Pierre Jouyet.

Oui, je suis frappé par la nocivité malsaine de cette question qui revient sans cesse sur les chaînes infos, dans la presse et sur les réseaux sociaux: « Jean-Pierre Jouyet peut-il encore tenir longtemps » ? Cette interrogation est reformulée à chaque mini-rebondissement de l’affaire. Là, c’est le troisième homme du déjeuner qui affirme que Jouyet et Fillon n’ont pas parlé de politique ! C’est aussi crédible que de vous imaginer, Patrick, déjeuner avec votre concurrent et ami Jean-Jacques Bourdin sur RMC sans parler de la vie de la radio… simplement de foot, de filles ou de votre amour commun de la chanson ringarde… Peu importe, la question « Jouyet peut-il tenir ? » ouvre tous les sujets sur l’affaire dans la presse, à la radio et à la télé. La gravité d’un problème ne se mesure plus à sa réalité… mais à sa propension à être formulée efficacement sur les bandes passantes des écrans de chaînes tout-info. Si Jean-Pierre Jouyet finit par être démis de ses fonctions, ce ne sera pas à cause de son démenti maladroit, mais parce que le robinet incessant de l’info aura répété pendant plusieurs jours les éléments de langage et de pensée de ceux qui, à l’UMP, sont obligés de surjouer l’outrage, pour sauver François Fillon.

Pour vous, Jouyet a été maladroit plus que malhonnête ?

C'est-à-dire qu’on ne voit pas pour quelle raison stratégique l’Elysée aurait voulu éliminer un concurrent de Nicolas Sarkozy, ami de Jean-Pierre Jouyet qui plus est ! On imagine bien, en revanche, Jouyet sur-interpréter la détestation qu’inspire Sarkozy à Fillon. On imagine aussi Fillon ne pas comprendre que les rapports Elysée Justice ont changé. On peut reprocher beaucoup de choses à François Hollande. Des choses beaucoup plus graves, comme d’avoir trahi une partie de la population en appliquant une politique qui n’avait pas été annoncée pendant la campagne… une politique qui, en plus, ne semble pas marcher ! Il y a vraiment de quoi accabler François Hollande et ses collaborateurs. Mais il y a au moins un domaine sur lequel la présidence Hollande semble être assez exemplaire (jusqu’à preuve du contraire), c’est l’absence de pression sur la justice et sur la presse. Alors « Jouyet va-t-il démissionner ? » Cette question sans cesse répétée est, en fait, une question auto-réalisatrice… Elle me fait penser à une petite voiture que j’avais quand j’étais petit. Je l’ai détruite à coups de marteau pour savoir si elle était solide. A chaque fois que l’on pose cette question, on donne un coup de marteau et l’on crée nous-mêmes, sans apporter aucune information nouvelle, les conditions de la culpabilisation de Jean-Pierre Jouyet. Au fond, la seule chose vraiment choquante dans toute cette affaire, c’est que Nicolas Sarkozy, qui en cinq ou six conférences internationales, aurait pu rembourser lui-même les pénalités pour dépassement du plafond autorisé pour sa campagne, l’ait fait rembourser par l’UMP. Un parti qui vit, comme tous les partis, de subventions publiques et de cotisations de ses adhérents. Et bien… même choquante, ce fait là n’est sans doute pas illégal…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.