Et bien oui !

On peut tout à fait considérer qu’il a raison dans le conflit qui l’oppose à 5 personnalités de son parti qu’il voudrait exclure : Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, tous 2 ministres du gouvernement Philippe… Edouard Philippe, justement, qui est, jusqu’à preuve du contraire, toujours encarté à LR, Franck Riester et Thierry Solère députés reconstructifs, ralliés à Emmanuel Macron et toujours membres du parti de droite, tout en étant en train de constituer un nouveau parti de centre-droit, allié à celui du président ! Laurent Wauquiez voudrait que ces personnalités se mettent en conformité d’elles-mêmes (comme l’a fait Bruno Le Maire) avec leurs positions politiques et quittent LR qui est clairement dans l’opposition. Une commission devrait, après les avoir reçus, (sauf Edouard Philippe qui ne l’a pas demandé) devrait donc les exclure. Mais les dissidents, devenus macroniens, ne veulent rien entendre… Ils expliquent qu’Emmanuel Macron est –dans son action, notamment économique- plus proche du LR qui était le leur que du LR de Laurent Wauquiez, en pleine dérive droitière. Christian Estrosi, président macrono-compatible de la Région PACA, veut même demander l’exclusion de Laurent Wauquiez pour cause de collusion avec les idées du FN ! Cette lecture de la tectonique des plaques de la droite est un peu trop subtile et opportuniste.

Et selon vous la solution se trouve dans nos institutions…

Oui, nos institutions dans la lettre et dans l’esprit tranchent ce débat de façon limpide. Les 5 dangereux « déviants centristes » qui sont aussi gaullistes devraient relire le texte de la Vème République : le 1er ministre est le chef de la majorité, il est responsable devant le Parlement. Comment pourrait-il, sans semer la confusion, être aussi membre d’un parti d’opposition ? C’est absurde ! Et si lui et ses ministres LR estiment être plus cohérents que Laurent Wauquiez en perdition droitière, ils devraient plutôt prendre acte que leur parti les a quittés. La clarté des positions n’est pas la moindre des responsabilités de ceux qui prétendent renouveler la politique. Edouard Philippe doit son poste au président qui l’a nommé et au vote de confiance, à l’Assemblée, du parti majoritaire LREM dont il a souhaité publiquement la victoire lors des législatives. Il n’a donc plus rien à faire (lui et ses ministres de droite) à LR. A moins que Philippe, Darmanin, Lecornu, Riester et Solère souhaitent bénéficier des avantages classiques de la victimisation, souhaitent que l’on s’apitoie sur leur sort de dissidents martyrisés, que l’on se scandalise de voir le parti de Laurent Wauquiez se comporter de façon outrageusement autoritaire ? C’est raté… Costa Gavras ne trouverait pas là matière à tourner une nouvelle version de l’Aveu! On peut même dire que dans cette affaire, la direction de LR a des pudeurs de gazelle, et prend d’étonnantes pincettes démocratiques. Conclusion : Laurent Wauquiez a raison !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.