La dispersion de la gauche en vue de 2017 est logique, dites-vous, puisqu’elle ne concourt plus pour l’Elysée…

Oui, les candidats de gauche pour l’Elysée ressemblent collectivement à un peloton de cyclistes fous qui déciderait de s’engager sur une autoroute un jour de chassé/croisé. Ils partent, de la sorte, chacun sur leur petit vélo vers une mort certaine au milieu des bolides de la droite et de l’extrême droite. On pourrait multiplier les métaphores pour signifier que la gauche, du fait de ses divisions, de son bilan, de son impréparation évidente de 2012, la gauche ne fait pas ce qu’il faut pour espérer avoir une petite chance d’emporter la présidentielle. Comme toujours, chaque candidat appelle à l’union derrière sa personne, ou à une large primaire qui englobe le PS, les écologistes et la gauche de la gauche. Primaire impossible puisque cet exercice est fait –normalement- pour départager les candidats qui ont quelques nuances programmatiques au sein d’un même camp. La gauche n’en est plus là. Ce n’est plus un même camp. Il ne s’agit plus de nuances mais bien d’antagonismes. Il serait inconcevable de voir François Hollande et JL Mélenchon s’engager dans un processus par lequel chacun promettrait de se soumettre à l’éventuelle victoire de l’autre.

Le risque de faire élire la droite et même l’extrême droite n’est plus un motif suffisant pour pousser les gauches à s’unir ?

Non, visiblement ! Et s’il y a multiplicité de candidatures, ce n’est pas simplement par une soudaine hypertrophie des égos, c’est aussi –surtout- parce que plus ou moins consciemment, la gauche sait que l’élection est à coup presque sûr perdue… En réalité, Mélenchon, Montebourg, Hamon, Lienemann, Duflot, Jadot, Macron, peut-être Taubira, éventuellement Valls…n’ont aucune raison de s’unir puisqu’ils ne sont pas sur la ligne de départ pour l’Elysée mais pour prendre le leadership de l’opposition, en vue de 2022. L’état de doute, de tâtonnement idéologique, que traverse la gauche, justifie cette palette de candidats, du nostalgique de la gauche plurielle avec Hamon, au néo colbertiste Montebourg, en passant par les sociaux libéraux, les écologistes, les tenants d’une planification écologique-eurosceptique à la Mélenchon… il faudra bien que le débat ait lieu. Il durera 5 ans, les 5 ans d’opposition… et 2017 va déterminer le rapport de forces de départ pour chacune de ces tendances et leurs représentants. Pour chacun des candidats de gauche, 2017 n’est donc pas un but mais la ligne de départ. Ce raisonnement ne marche pas, bien sûr, pour le cas Hollande. Il est inconcevable que le Président sortant se place dans l’hypothèse de gagner, dans huit mois, la meilleure place pour peser sur l’opposition de demain. Pour une grande partie de la gauche, une candidature Hollande ne ferait que retarder, détourner, le nécessaire travail de refondation à entamer dès maintenant. Voilà pourquoi le risque est, pour François Hollande, immense… dans cette élection. Pour l’instant, vu l’état des rapports de forces et de l’opinion à son endroit, il est aussi comme un cycliste sur l’autoroute…mais lui risque, en plus, d’être à contre sens.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.