Laprimairedesfrançais.fr, l’initiative de Jean-Marie Cavada, Alexandre Jardin, Corine Lepage et Claude Posternak, veut désigner, pour 2017, un candidat « hors système ». Est-ce crédible ?

Ce qui est crédible, c’est leur constat : les français en ont assez, ils le disent à longueur d’enquêtes. Les chiffres de l’abstention ou du vote FN, le refus ultra- majoritaire de revoir l’affiche de 2012, et l’examen rapide du bilan maigrichon des trois derniers présidents, donnent raison à la Primaire des Français. Mais ces 4 personnalités, appartiennent à une sphère idéologique bien définie… tout à fait honorable mais qu’il serait plus honnête de mettre en avant plutôt que de prétendre être avant tout issue d’une « société civile » forcément vertueuse. Ils ont (sauf l’écrivain Alexandre Jardin) vécu de la politique plus ou moins directement. La Primaire des Français se veut la primaire des solutions, des bonnes volontés. Ils ne sont, disent-ils, non pas des Podemos mais des Hacemos, c’est à dire « ceux qui font ». En réalité ce quatuor centriste, européen, un brin écolos représente une société bien intégrée et ouverte. Si l’on écoute bien ce qu’ils disent, ils ont leur candidat, c’est Emmanuel Macron. Ils ont été un peu pris de court parce que Macron qui veut, comme eux, redynamiser et libérer les énergies de la société civile, vient de faire une apparition fracassante, alors que nos 4 Hacemos auraient aimé qu’il surgisse (lui ou l’un de ses semblables) de leur procédure, il est vrai, novatrice. Mais si les libéraux sont, par nature, les plus à l’aise pour dénoncer les blocages de notre société, ils ne sont plus les seuls.

Oui parce que tout le monde, en fait, dénonce une France bloquée.

Oui, à l’extrême droite on considère qu’aucune réforme n’est possible parce qu’une doxa droit-de-l’hommiste, européiste empêche la majorité silencieuse de réaffirmer son identité et de se défaire des chaines (les bocages) bruxelloises. Les écologistes se désolent de voir une France qui fait semblant d’entamer une transition énergétique, toujours bloquée, par les lobbies pétroliers et nucléaires. Les sociaux-démocrates, eux aussi déplorent les blocages dus à des partenaires sociaux croupions, peu représentatifs et caricaturaux. La droite déplore le pouvoir bloquant de la rue ! La gauche de la gauche n’est pas en reste. Pour elle, le débat économique est verrouillé par le culte de l’équilibre budgétaire et la pensée unique néo-libérale. Ceux qui veulent moderniser la société, sont bloqués par les nouveaux réacs qui s’étranglent à l’idée qu’on touche à l’accent circonflexe. Et les nouveaux réacs se sentent, eux aussi empêchés par la « bien-pensance » dominante. On le voit, la société semble pleine de cadenas et le simple discours qui consiste à dénoncer les blocages ne peut pas produire une alternative politique cohérente. Tout au plus (et c’est déjà beaucoup) La primaire des Français aura participé à souligner le fait que notre système de représentation politique nous renvoie une image de nous-même paralysante et morose. Au total entre la transgression Macron, le frémissement Hulot, Nuit debout, et donc La Primaire des Français, un constat s’impose : notre société politique –sans doute, avant tout, nos institutions- sont au bout de leur logique.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.