Ce matin vous relativisez une idée largement développée selon laquelle le FN est le nouveau parti favori de la jeunesse…

Oui parce que d’une progression réelle en faveur de Marine le Pen dans la jeunesse, on tire des généralités un peu hâtives, qui ne résistent pas à une observation pointue des chiffres. Je me base, pour relativiser cette idée selon laquelle, donc, la jeunesse serait toute acquise au FN, sur la dernière vague IPSOS-STERIA dont nous avons déjà parlé hier. Il faut d’abord savoir que seuls 60% des jeunes de moins de 35 ans sont sûrs d’aller voter. Parmi eux, 28% voteraient aujourd’hui pour JL Mélenchon (il arrive en tête), 24,5% pour Emmanuel Macron… (Sensiblement comme le reste de la population) seulement 8,5% des jeunes de moins de 35 ans se prononcent en faveur François Fillon et …25% pour Marine Le Pen, donc à peine plus que son score tous âges confondus… La vraie progression tout à fait spectaculaire, ces dernières semaines, c’est celle de JL Mélenchon chez les jeunes. Si l’on détaille et si l’on prend une tranche plus resserrée et plus jeune, les 18/24 ans, et bien c’est le candidat de la France insoumise qui connaît une poussée spectaculaire : avec 41% des intentions de vote au premier tour ! Marine le Pen dans cette tranche d’âge très jeune ne fait pas 10% alors qu’elle réalise, c’est vrai, son meilleur score chez les jeunes actifs entre 24 et 35 ans avec 33% . Le taux très élevé (plus de 40% pour Mélenchon chez les plus jeunes) n’a d’équivalent, s’agissant d’une classe d’âge, que pour François Fillon mais pour les plus de 70 ans : 46% des plus de 70 ans se déclarent électeurs de François Fillon…

Le critère de l’âge est celui qui connaît désormais les plus grands écarts d’intentions de vote !

Oui, si la France est coupée en deux c’est bien entre jeune et vieux (on dit ancien ou sénior dans le cadre du silver-politiquement correct) bien plus que par les critères géographiques et même selon les catégories sociaux professionnelles ou les niveaux de revenus. Songez qu’en dessous de 60 ans, pour l’instant, François Fillon ne dépasse jamais les 10% d’intentions de vote et qu’il est à 39% chez les retraités au premier tour. Mais comme se sont, et de loin, les plus mobilisés, ce sont eux qui propulsent le candidat LR à 18%. Le candidat qui veut en finir avec les 35 heures cartonne donc surtout chez ceux qui ne travaillent plus. En réalité Emmanuel Macron est celui qui a la structure de vote la plus homogène selon les âges : 24.5% chez les moins de 60 ans, 23% au-delà de 60 ans. Est-ce pour autant gage de solidité de l’électorat ? Rien n’est moins sûr. Mais alors que nous sommes à un des rares moments de notre histoire où les plus anciens estiment que la vie risque d’être plus dure pour les jeunes, l’accroissement de la fracture politique entre les générations est source de grande incertitude et potentiellement de grandes frustrations post/électorales.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.