Derniers jours de campagne au parti socialiste - une fin de campagne marquée par "l'affaire dite de la vidéo" de Ségolène Royal. La candidate a pris la mesure de la dangerosité qu'il y a à s'attaquer aux profs. Ah ! L'affaire de la vidéo d'Angers dans laquelle Ségolène Royal entend remettre les profs de collège au travail, sans le crier sur les toits précise-t-elle ! Passons sur la forme et les scories de l'apparition de ce film, mais intéressons nous à ses effets : pourquoi cette vidéo d'une poignée de minutes a-t-elle suscité un tel barouf - si vous me permettez l'expression ? Pourquoi ce week-end, les adversaires de Ségolène Royal se sont-ils engouffrés dans la brèche avec un tel empressement ? DSK, Fabius, et même Bayrou, François Bayrou déplorant avec force trémolo qu'il soit "devenu très populaire hélas de s'en prendre aux enseignants" ! Pourquoi l'intéressée elle-même, après s'être contentée de condamner la méthode utilisée, a-t-elle pris soin hier de faire du rétro pédalage, assurant qu'aucune réforme ne pouvait se faire sans les enseignants, s'exclamant même, "d'ailleurs les profs font parfois au-delà des 35H !" Tout simplement parce que l'alerte rouge a été déclenchée. Ségolène Royal a vu fleurir autour de ses propos, blogs et pancartes. Les profs en colère ont dénoncé sur son chemin à Lille et sur le Net tout le week end, son incompétence, sa méconnaissance du sujet, sa démagogie ou son inutile provocation. Et tout à coup, la candidate et ses proches se sont souvenus d'une évidence : le corps enseignant, c'est la vache sacrée des socialistes, c'est le noyau dur de leur électorat. En 88, ils étaient plus de 42% à voter Mitterrand dès le premier tour, en 95, ils étaient encore 37% à choisir Jospin. Mais en 2002, la brouille entre les profs et Claude Allègre, pourtant remplacé en cours de route par le plus consensuel Jack Lang, avait coûté très cher au premier ministre candidat. Le 21 avril, ils avaient largement éparpillé leurs voix sur tout le spectre de gauche. La sortie de Ségolène Royal a donc fait resurgir le spectre Allègre, un comble quand on sait leur commune détestation; la triangulation a ses limites, se couper des profs pour un candidat socialiste, c'est se couper une jambe quand on est lancé dans la course présidentielle. A droite, on se souvient encore avec terreur et consternation de la désertion des médecins en 97, des médecins vent debout contre le projet de réforme de la sécu d'Alain Juppé. Le noyau dur de son électorat se volatilisant, la droite n'avait aucune chance. Quand les enseignants se détournent du parti socialiste, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Voilà pourquoi à quelques jours du premier tour au PS, et à 5 mois du premier tour de la présidentielle, Ségolène Royal se serait bien passée d'être l'héroine de ce petit film qui tourne en boucle sur internet.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.