Ce soir nous saurons qui de JC Lagarde ou de ​Hervé Morin sera le prochain président de l’UDI.

Depuis que Jean-Louis Borloo, qui arrivait à incarner un centre-doit humaniste, libéral et social, a​ quitté la vie politique, cette famille est en déshérence totale. Il ne reste plus de l’UDI, et de ses composantes, qu’une armature faite d’élus et barons locaux qui contrôlent des structures au service de leurs​ microscopiques héros. Le centre f​rançais est un grand paradoxe. Les personnalités les plus populaires en France, Jack Lang, Alain Juppé, Jean-Louis Borloo (le trio de tête du baromètre de Paris Match de cette semaine) sont sinon des centristes, du moins des modérés. Et pourtant le centre politique n’arrive pas à avoir une expression forte dans le débat national. Ce parti qui devrait être –de par sa culture et son histoire-celui de la sagesse et du dialogue nous offre là une farce démocratique. Les élections à l’UMP ou chez les socialistes marseillais font office de scrutin de pays scandinaves au regard de ce qui se passe à l’UDI. D’ailleurs, plusieurs dirigeants de ce parti envisagent déjà de contester le résultat de l’élection devant la justice.

Le Point a publié récemment un dossier édifiant sur la question .

Oui, clientélisme​, listes triturées, tout y est ! On y lit, par exemple, que "400 mandats envoyés le même jour, de deux mêmes bureaux de poste, à la même heure, remplis avec la même écriture" provenaient du département de l’Hérault…La FED, (Fédération européenne démocrate) le sous-parti du ​maire de Drancy,​Jean-Christophe Lagarde,​produirait des adhésions, donc des votes, à un rythme quasi industriel. D’après Hervé Morin, il y aurait 60 fois plus d’adhérents UDI par habitant à Drancy que dans le reste de la France. On pourrait se contenter d’en rire si l’UDI n’était l’héritière d’une grande tradition politique française. Héritière des chrétiens démocrates, du MRP, des Radicaux, c'est-à-dire des partis de Clémenceau, de Simone Veil ou du philosophe Alain, de l’humanisme catholique ou du radicalisme républicain et laïc ! Tant de mots, de noms, de concepts qui ont structuré la pensée et l’action des modérés français qui, au fond, sans faire trop de tapage, ont participé à l’édification et à l’équilibre de notre modèle social, entre liberté et solidarité. Aujourd’hui, les minuscules notables prétentieux du centre-droit n’inventent pas la politique de demain mais caricaturent celle d’aujourd’hui. Les centristes de l’UDI ne peuvent pas mieux prouver leur désormais inutilité ; C’est si vrai que les socialistes (en l’assumant de plus en plus d’ailleurs) font une politique centriste… sans les centristes... D’où l’indifférence générale pour ce scrutin. Une indifférence salutaire qui me ferait presque regretter d’avoir traité ce sujet ce matin…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.