L’attitude de Marine Le Pen qui, à l’instar de tous les dirigeants de pays autoritaires, refuse de reconnaitre la victoire de Joe Biden, laisse augurer du pire pour 2022.

Les fake news peuvent-elles faire basculer l'élection présidentielle de 2022 en France ?
Les fake news peuvent-elles faire basculer l'élection présidentielle de 2022 en France ? © Getty / Constantine Johnny

Prudente, la patronne du RN ne dit pas qu’elle pense qu’il y a eu tricherie… Elle se contente de le laisser entendre. Nicolas Dupont-Aignan, lui, s’insurge de l’attitude des médias américains qui ont osé interrompre Donald Trump, lorsque celui-ci proférait d’évidentes contre-vérités. "C’est à chaque Américain de se faire son idée, pas aux médias d’imposer la leur" dit-il. Cette phrase est l’illustration du propos d’Hannah Arendt, en 1964, décrivant la pensée totalitaire : "La liberté d’opinion est une farce si ce sont les fait eux-mêmes qui sont l’objet de débat"

Dupont-Aignan (mais il exprime la façon de voir de bien des gens) confond la réalité des faits avec une opinion. Pour lui, imitant Trump, le mot "vérité" n’est plus lié à la matérialisation d’un fait mais à une idée toute personnelle du fait tel qu’il devrait être pour sa stratégie. Sa vérité. Mais le faux réel finit, parfois, par buter sur le vrai réel : c’est ainsi que plusieurs juges républicains constatent l’absence de fraude. Fox News, chaine républicaine, constate également (parce qu’elle est aussi composée de journalistes, pas que de polémistes ou d’activistes) qu’il n’y a pas de fraude. Seulement des millions (des dizaines de millions sans doute) d’Américains resteront persuadés que les démocrates ont triché. 

Ce risque existe-t-il en France pour 2022 ?

Dans une moindre mesure, mais Donald Trump continue de fasciner l’extrême-droite. Des responsables RN ont suivi – des étoiles dans les yeux - ses derniers meetings sur place. 

Il n’y a pas si longtemps, le RN émettait des doutes sur la version officielle de l’incendie de Notre-Dame. La chaine Russia Today a d’ailleurs fait un documentaire qui laissait entendre qu’il y avait mensonge d’Etat sur l’origine de l’incendie. Nicolas Dupont-Aignan y apparait pour dire ceci : "Tout a été fait pour faire croire à un accident". Plus récemment, le même dénonçait "l’attentat antichrétien" contre le prêtre orthodoxe à Lyon, alors que c’est une affaire privée. 

Le dictionnaire d’Oxford introduit le mot post-vérité en 2016… et le définit ainsi : "circonstances dans lesquelles les faits objectifs sont moins importants pour la formation de l’opinion que le recours à des croyances personnelles". On y est. Hannah Arendt avait raison. 

D’après le site américain Political Fact (site qui a reçu le prix Pulitzer), 69% des propos de Donald Trump pendant sa campagne victorieuse de 2016 étaient faux. C’est certainement plus en 2020. Autrefois, les campagnes opposaient des visions différentes du monde à construire. Elles se font désormais sur des conceptions différentes de la réalité factuelle du monde tel qu’il est. Si deux visions futures sont possibles (donc sujets à débat), une seule réalité factuelle du présent est possible. Alors oui… Il y a quelques craintes à avoir sur la qualité démocratique de la présidentielle qui vient.  

L'équipe