Une dérive sénatoriale à propos de la loi dite ‘séparatisme’, alors le sénat est censé être une assemblée plus sage que la chambre des députés. Pourtant, pour ce qui est de la loi séparatisme, la majorité sénatoriale (LR) n’a pas légiféré dans l’optique d’améliorer le texte mais dans celui d’un affichage politique.

Ce n’est pas une question de point de vue !

L’idée d’améliorer un texte n’est pas seulement d’y mettre sa patte politique (après tout le sénat est à droite et c’est bien normal que les textes qui passent entre ses mains dans le cadre de la navette parlementaire en ressortent plus à droite). 

Mais le rôle du Sénat est aussi (surtout !) de rendre les textes plus solides juridiquement, moins bavards. Les sénateurs, dans l’esprit de nos institutions, doivent dépassionner les débats pour mieux fabriquer du droit, de la norme compréhensible, applicable par tous et assez claire pour le juge qui devra la faire respecter. 

Et la plupart du temps, c’est ce que font les sénateurs, dans un silence médiatique qui s’explique par le côté aussi rasoir qu’important des débats sur les détails juridiques et administratifs.   

Quelles sont les modifications apportées au texte par les sénateurs et en quoi, selon vous, posent-elles problème ?  

L’interdiction du voile pour les mères accompagnantes dans les sorties scolaires, dans la pratique du  sport, dans tout l’espace public (c’est-à-dire aussi  dans la rue!) pour les mineurs, et d’autres codifications vestimentaires. 

Certaines de ses modifications pourraient être censurées par le Conseil constitutionnel. 

Les sénateurs ont droitisé le texte.

Ça c’est normal, ils sont majoritairement de droite ! Mais ils l’ont fait sur des bases constitutionnelles peu fiables, sans soucis de leur applicabilité concrète et en ignorant les avis du Conseil d’Etat. Autant dire qu’ils ont fait de l’affichage. 

Est-ce parce que le président du groupe LR Bruno Retailleau est candidat à la candidature pour la présidentielle et qu’il veut offrir aux militants des gages de radicalité identitaire ? 

Où va-t-on chercher tout ça ! Alors bien sûr vous me direz que tout ça ne prête pas à conséquences parce que ce sont les députés qui ont le dernier mot et ces mesures (difficilement applicables et juridiquement fragiles) seront supprimées en seconde lecture au Palais Bourbon. Et d’ailleurs, les sénateurs le savent. 

Mais même sous forme d’affichage, ce vote fait des dégâts. Les islamistes, tous ceux qui confondent volontairement lutte contre l’islamisme et lutte contre l’islam, tous ceux qui abusent du mot ‘islamophobie’, inondent les réseaux sociaux, depuis quelques jours, de messages simplificateurs, affirmant, au monde et à la jeunesse, que la France a décidé l’interdiction du voile dans l’espace public ! 

Bien sûr ils ne posteront rien quand l’assemblée reviendra définitivement au texte initial. Les sénateurs ne maitriseraient-ils pas les codes et les dynamiques de l’écosystème médiatique dominé par les réseaux sociaux ? C’est la mécanique de la mâchoire identitaire. Sénateurs identitaires et identitaires islamistes auront réussi leur coup chacun de leur côté pensent-ils… mais en réalité ensemble. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.