L’actualité roule pour le Front National…

Oui et c’est le moment de ressortir notre CBPFN le « c’est bon pour le FN » qui peut conclure quasiment toutes les analyses politiques depuis des mois. Les 2 affaires qui occupent l’actualité –l’affaire Fillon et les troubles en banlieue après l’affaire du jeune Théo- sont de formidables carburants pour la campagne de Marine Le Pen. La candidate d’extrême-droite est beaucoup plus à l’aise dans l’indignation protestataire fournie par une actualité propice que dans l’art de composer un programme crédible ou enthousiasmant. Plus on approche de l’élection, plus le FN, normalement, devrait se voir pousser à détailler ses propositions, et répondre aux arguments sur les conséquences de l’application de son programme. La victoire de Marine Le Pen en mai prochain est tout à fait envisageable. On peut imaginer, dès lors, que les Français vont écouter ses propositions avec une oreille un peu plus attentive et concernée que lorsque le niveau électoral du FN n’en faisait qu’un parti coup de pied au cul. Aujourd’hui, voter FN n’est plus simplement corriger le dit-système ou les gouvernants, c’est aussi choisir une politique susceptible d’être mise en œuvre !

Le moment de vérité programmatique du FN devait arriver !

Devait, oui, là ces jours-ci ! Au moins pour une partie de la population, tentée par l’extrême droite mais qui hésite encore. Cette partie de la population qui, si elle se décidait, pourrait crever le fameux plafond de verre qui bloque encore le FN pour accéder aux manettes du pouvoir, cette partie de la population a besoin d’être rassurée. M.Le Pen redoute la confrontation programmatique, ce moment où les incohérences, les contradictions peuvent apparaitre au grand jour, ce moment qui impose de dépasser les postures gueulardes. Et c’est là que François et Pénélope Fillon, les policiers et les casseurs d’Aulnay et d’ailleurs ont rendu le plus fier des services à Marine Le Pen. Non seulement en lui fournissant des arguments faciles pour ses 2 thèmes de prédilection (corruption des élites et insécurité dans les banlieues cosmopolites), qui lui permettent de déployer une pensée réflexe mais surtout de consommer du temps de parole rentable. Ce temps de parole ainsi utilisé maintient l’héritière Le Pen dans un monologue sécuritaire et très sécurisé pour elle-même et la dispense du passage de son programme aux rayons-X. Ce scanner aurait dû être effectué, en priorité, non pas par les sortants socialistes, mais par le voisin de droite François Fillon. La droite a un argumentaire assez efficace contre l’extrême droite. Efficace, pour les plus hésitants, la partie de la population la plus âgée sensible, notamment à un certain classicisme économique, plutôt rassurée par l’Euro. Ce travail de mise en coupe réglée du programme économique du FN était prêt. Les Juppéistes y avaient particulièrement travaillé. Il est à la disposition de François Fillon. Mais aujourd’hui le discours anti-FN du candidat LR n’est pas audible… le plus imprévisible dans une campagne ce ne sont pas les candidats, le plus déterminant ce ne sont même pas les programmes… mais les circonstances, les aléas de l’actualité. Et à 70 jours de l’élection, le CBPFN bat son plein, son aiguille est dans le rouge…

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.