**Une proposition de loi socialiste, visant à instaurer le mariage homosexuel, est soumise au vote aujourd’hui, à l’Assemblée.Oui et sauf surprise, elle ne sera pas adoptée puisque la majorité s’y oppose, même si plusieurs députés centristes et UMP ont décidé de voter pour. Remarquons, au passage, que sur des sujets de société, sur lesquels les députés ne peuvent que se prononcer en conscience, il est rassurant de savoir que la direction du groupe UMP n’a pas cherché à dissuader ses quelques membres favorables à la proposition socialiste, de voter pour. C’est à souligner, on critique assez souvent les débats bêtement binaires. Mais on ne peut s’empêcher de se dire, concernant le mariage homosexuel, que l’UMP finira, dans quelques années, par y venir. C’est le type même de mesures que les conservateurs commencent par bouder et finissent par accepter. Le mariage homosexuel est à mettre dans le flot de l’avancée des droits et des libertés qui sont obtenus de hautes luttes et à propos desquels on se dit, quelques années après : « mais comment a-t-on pu s’y opposer si longtemps ? ». Des couples homosexuels vivent maintenant, au grand jour, épanouis, au milieu de la cité. On sort petit à petit d’une situation d’ostracisme. Ces couples ont parfois des enfants, issus d’une vie précédente. Il ne s’agit plus d’être pour ou contre puisque c’est une réalité. Parfois ils se séparent, parfois la mort les sépare et c’est à ce moment là que la plus grande inégalité de droits entre eux et les couples hétérosexuels mariés est la plus flagrante. L’homosexualité n’est pas un choix, l’hétérosexualité non plus. Il n’y a d’ailleurs plus grand monde au Parlement, à part une poignée de réactionnaires obtus, pour penser le contraire. La position de l’UMP n’est donc qu’une volonté, un peu couarde, d’être en adéquation avec ce que pense, supposément, son électorat. D’ailleurs l’UMP a renforcé le Pacs, après l’avoir combattu...Oui, il y a dix ans, Lionel Jospin fait adopter le Pacs. A l’époque, souvenez-vous, le RPR était vent debout. Certains députés socialistes n’étaient pas très à l'aise non plus. Pour être sûr d’obtenir la majorité, le Premier ministre avait promis que le Pacs ne serait pas un premier pas vers l’homoparentalité. Aujourd’hui l’impossible débat sur l’homoparentalité d’il y a dix ans est devenu un thème abordé aussi bien à gauche qu’à droite. Si l’on reprend les dernières grandes avancées des droits : le Pacs, bien sûr mais aussi l’avortement, proposé par Simone Veil mais adopté grâce à la gauche… Ces textes ont été combattus par les parlementaires conservateurs. Mais si l’on repassait ces textes au Parlement aujourd’hui, ils seraient adoptés à une écrasante majorité. Il est des questions pour lesquelles les parlementaires n’aiment pas être précurseurs par rapport aux électeurs de leur camp. La gauche française avait déjà largement tardé à considérer que les femmes pouvaient voter… Elle a aussi tardé, par rapport à bien des gauches européennes, à proposer le mariage homosexuel… Quand un nouveau droit devient évident au regard de l’évolution de la société, les plus conservateurs disent toujours « la société n’est pas prête ». Ils pointent toujours un risque de fuite en avant (vous savez « la porte ouverte à toutes les fenêtres » de Coluche). Cette fois-ci, on a atteint des sommets avec le trait d’esprit de la députée Brigitte Barèges qui a dit : « Et pourquoi pas permettre l’union avec des animaux ? ». En 1946 il y a bien dû y avoir un vieux réac' (Brigitte Baréges au masculin) pour dire : « le droit de vote aux femmes ? Et pourquoi pas aux animaux? »**

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.