Dernière semaine de campagne avant le premier tour de la présidentielle, et dernière ligne droite pour les 12 candidats en lice. Tous évidemment jouent leur va-tout et du coup, un concept fait fureur, celui du "vote utile". "Oyez oyez braves gens, votez utile !" crient à tue tête les candidats en goguette. Mais au fait, c'est quoi le vote utile ? Il y a voter utile pour convaincre les indécis ou les hésitants. Voter utile pour peser. Voter utile comme argument politique pour battre l'Autre. Voter utile pour protester ou voter utile pour gouverner ? En fait, il y a sûrement autant de votes utiles qu'il y a de candidats. Chacun en réalité, appelle à voter utile selon le pronostic qu'il fait du 22 avril. La preuve ces derniers jours avec l'appel Rocard/Kouchner. Pour eux, voter utile c'est assurer la défaite de Nicolas Sarkozy et en l'espèce, il y a selon eux, péril en la demeure. D'où l'appel à l'alliance entre Ségolène Royal et François Bayrou. Le seul problème, c'est que pour l'instant, ça a surtout un peu brouillé le message dans leur propre camp. Finalement, vaut mieux voter Royal ou Bayrou ? Bien mâlin qui comprend le vote utile Rocard/kouchner. François Bayrou, lui, a évidemment récupéré la balle au bond, et fait semblant de comprendre que le vote utile, ça ne pouvait être que lui bien sûr, puisqu'il se voit comme le seul capable de battre Nicolas Sarkozy au second tour. Quant à Ségolène Royal, qui devait déjà se garder sur sa gauche, la pression du remords du 21 avril semble de fait plutôt asphyxier ses partenaires de l'extrême gauche et des Verts, se garder sur son centre, la voilà face à une nouvelle brêche ouverte par ses amis socialistes. Désormais voter utile au PS, c'est juste voter socialiste. Curieuse tautologie, qui illustre peut-être le désarroi autour de la candidate, mais aussi l'urgence à assurer sa présence au second tour. La droite use et abuse elle aussi de l'argument massue du vote utile. Nicolas Sarkozy, qui pense être assuré d'être au second tour, tente depuis plusieurs semaines, et quelque acuité ces derniers jours, de convaincre les électeurs du Front National, ou ceux qui seraient tentés par le vote FN, que le vote utile, c'est lui Sarkozy. Il est celui qui mettra en oeuvre leur vote protestataire promet-il. Doublement utile donc de voter pour lui. On proteste et il agit ! Hold up insupportable pour Jean-Marie Le Pen, qui hier en meeting à Paris, a ciblé le candidat de l'UMP, et l'a qualifié de "chef de la racaille politicienne". Le vote utile pour bouter le Système avec un grand S, hors des murs de la politique, c'est lui et seulement lui a-t-il tenté d'arguer. L'original, plutôt que la copie toujours, il faut dire que pour le candidat FN, le pronostic est réservé. Jean-Marie Le Pen n'est pas sûr d'être au second tour. Pour lui, l'appel au vote utile relève donc de l'urgence. Allez, reste à voter... Comment les électeurs apprécieront-ils l'utilité de leur vote ? Voudront-ils eux, faire turbuler le système selon la vieille expression de Jean-Pierre Chevènement, ou choisiront-ils un vote plus "classique", en clair droite contre gauche, c'est évidemment la clef du scrutin de dimanche prochain. Mais jamais le jeu n'a été si ouvert.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.