Colère froide du Président hier à propos des ministres qui évoquent leurs ambitions pour le prochain gouvernement. Le Président ne veut pas avoir l’air, au moment où il va remanier, de répondre à une quelconque pression de l’un de ses ministres ou de céder à une mode en faveur de telle ou telle personnalité adoubée par la presse. La composition du gouvernement est un acte politique d’autorité pour le Président (même si, selon les institutions c’est le Premier ministre qui propose une liste de ministres). Mais Nicolas Sakozy est à la fois le chef de l’Etat, du gouvernement et de la majorité. Alors, plus que jamais tout ce que vous pouvez lire sur le sujet du remaniement est forcément une construction de l’auteur basée sur ce qu’il a entendu dire, sur des conversations avec des ministres, des conseillers, des députés ou des collègues journalistes. On sait que Rachida Dati et Michel Barnier vont être élus au Parlement Européen. Les ministères de la Justice et l’Agriculture seront donc à pourvoir en mai et en juin… A partir de là, on peut tout imaginer et on en s’en prive pas. Quand je dis « on », ce sont nous les journalistes mais aussi toute cette population politique qui déjeune autour de l’assemblée. Cela donne des articles dit de « name dropping ». On jongle avec les noms et les portes-feuilles. Petit exercice pratique, je vais me livrer devant vous à la fabrication d’un bon papier-remaniement (j’avoue ça m’est, bien sûr, déjà arrivé en vrai). D’abord, faire une rapide analyse du contexte politique. On constate que Jacques Chirac est devenu l’homme politique le plus populaire. Rassurez-vous je n’en déduit pas que Jacques Chirac va devenir ministre ! Mais cela révèle que la période de renouvellement en politique est terminée. C’est la crise, les Français sont inquiets, maintenant il faut du lourd, de l’expérience ! Et justement, Alain Juppé sort un livre dans lequel on comprend surtout qu’il s’embête à Bordeaux : on peut en déduire qu’il deviendra ministre. Pourquoi pas aussi Philippe Séguin. Alain Juppé à l’Economie, voila qui est rassurant. Et Christine Lagarde alors ?! Ha ben dans le civil elle est avocate d’affaire. Hop, à la Justice ! Voila, on peut continuer comme ça… tout cela est plausible. Le contraire aussi d’ailleurs. Alain Juppé ? Vous n’y pensez pas, il critique la gouvernance de Nicolas Sarkozy ! Philippe Séguin… sous les ordres d’un Président qui vient de réintégrer l’OTAN ? Impossible. Certaines « des infos » que je viens de vous donner s’avéreront peut-être justes. Alain Juppé, sera peut être ministre de l’Economie… mais il n’y a qu’une personne qui le sait, c’est le Président de la République. S’il le sait, il peut l’avoir dit à l’un de ses conseillers ou à un journaliste. Mais là, il y a toutes les chances qu’il l’ait dit pour que cela se sache. Soit pour tester l’idée, soit pour la griller. Reprenons l’exemple Juppé. Imaginons que le Président veuille éliminer la possibilité Juppé (parce qu’en fait –hypothèse d’école bien sûr- il le déteste). Il laisse filtrer assez tôt le nom d’Alain Juppé, ce qui donne à ceux qui militent contre son entrée au gouvernement le temps de développer leurs arguments… Quitte à les susciter : « Comment ça, Alain Juppé au gouvernement ? Mais n’avait-il pas promis aux Bordelais qu’il resterait leur maire à plein temps ? ». Alain Juppé, piégé, ne pourra plus faire une interview sans que la question lui soit posée. Fini l’hypothèse Juppé ! C’est tordu ! mais ce n'est encore rien ! Le journaliste ou le conseiller qui se montrerait affirmatif sur ces sujets là ne serait que l’instrument, volontaire ou non, d’une manipulation d’un ministre, du Président ou de son entourage. En réalité, le flou règnera et sera entretenu jusqu'à la fin puisque le principal objet d’un remaniement réside dans l’effet de surprise du casting. Donc la prochaine fois que vous lirez dans votre quotidien ou votre hebdo favori un article, forcement bien informé, sur le remaniement... Tournez la page jusqu'à la rubrique astrologique. Ce n’est pas plus crédible mais c’est plus distrayant !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.