Par Marc Fauvelle.

Vous avez épluché les déclarations de patrimoine, des 37 ministres, et du Premier d’entre eux, et vous en tirez quelques leçons....

En partant évidemment du principe que personne n’a menti. Mais ça il va falloir le vérifier ! D’abord ce qu’on retient, et ce qui va sans doute alimenter les conversations aujourd’hui, c’est que les ministres sont riches. Pas tous, mais certains beaucoup. Il y a huit millionnaires, c’est à dire huit ministres qui ont plus d’un million d'euros de patrimoine.

Evidemment, c’est plus en proportion que dans le reste de la population, mais en millionnaires au mètre carré, cela fait beaucoup moins qu’au Parc des princes un soir de match du PSG ou que dans pas mal de grandes entreprises. Ensuite, il y a des exceptions. Il a même plusieurs ministres, plutôt les jeunes, plutôt les trentenaires, dont le patrimoine est nettement moins élevé que la moyenne des Français. J'en ai compté six : prenez Najat Vallaud-Belkacem, ou Delphine Batho, elles déclarent chacune environ 100.00 euros. Là où les Français, d’après l’Insee, ont un patrimoine moyen de 230.000 euros. Il y a donc des ministres plus pauvres, ou en tout cas moins riches, que la moyenne de leurs administrés.

L'autre enseignement, c’est qu’on ne fait pas de la politique pour l’argent, ou en tout cas, pas que pour ça, c’est sûr. Si vous prenez par exemple les trois ministres les plus riches, on se rend compte qu’ils (ou elle) le sont devenus soit par héritage (Laurent Fabius, Michel Sapin), soit en gagnant beaucoup d’argent avant d’être au gouvernement. C’est le cas de Michèle Delaunay, qui a été cancérologue avant de se lancer en politique.

Alors on peut bien sûr trouver que ces chiffres sont trop élevés, au regard des difficultés des Français, mais dans ce cas, plutôt que de taper sur la classe politique, il faut demander d’urgence soit une grande réforme fiscale, soit une réforme des successions...

Finalement, peut-on dire que les ministres, dans leur relation à l’argent, ressemblent un peu aux Français ?

Si l’on en juge par la panique qui a gagné beaucoup de ministres avant la publication, oui ! Le syndrome du « dis moi combien tu as sur ton compte en banque et je te dirai si tu es vraiment de gauche », est encore une réalité en France où l’on a toujours autant de mal à parler d’argent, sans sortir Karl Marx de l’étagère.

Pourtant si vous regardez dans le détail, oui, le ministre a quelque chose du Français moyen, dans la façon dont il gère son patrimoine. Son argent, il le met dans la pierre beaucoup, dans l’assurance-vie un peu, et surtout dans des placements plutôt pépères (ce n’est pas une allusion à qui vous savez...), des livrets A, des codevi, qui rapportent peu mais où on est sûr de récupérer sa mise. En clair, en période de crise, les ministres font comme tous les Français, ils placent leurs noisettes au creux des arbres, plutôt que de les jouer en bourse. Ils ne sont que quatre d’ailleurs à avoir des actions. Comme les autres Français aussi, et même s’ils sont plus riches, les ministres sont très endettées. Ils ont presque tous un crédit immobilier. Il y a une exception, notable, et là je ne sais pas si c’est rassurant ou inquiétant, figurez-vous que c’est le patron de Bercy, Pierre Moscovici, qui n’a pas le moindre crédit à rembourser.

Là où les ministres font mieux que les Français, c’est dans le patriotisme économique, ils plébiscitent les banques françaises, Crédit Agricole en tête, ils roulent majoritairement en Renault et en Peugeot, ça doit faire plaisir à Arnaud Montebourg et ça montre qu'au moins ils ont confiance dans le « made in France ».

Enfin, un peu comme au moment de remplir sa déclaration de revenus, il y a des têtes en l'air ou des cachotiers, c'est selon. On aura noté qu'une ministre déclare plus que ce qu'elle avait annoncé à la télévision ces derniers jours. On taira évidemment le nom par charité. Et qu'un autre a poussé l'honnêteté jusqu'a déclarer deux livrets de développement durable, ce qui est le cas de plusieurs millions de Français, mais ce qui est parfaitement illégal. Allez, on n'ira pas le dénoncer au fisc…

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.