Hier vous évoquiez le débat à droite sur la ligne politique… ce matin, c’est au tour de la gauche.

Et s’il y a un résultat des régionales en trompe l’œil c’est bien celui de la gauche. Observez la carte de la France des régions, les couleurs bleues et roses ont l’air assez équilibrées. Mais la gauche est en réalité dans un état de délabrement intellectuel et programmatique avancé. Elle doit ses victoires (sauf en Bretagne, seule région où elle dépasse 50%) aux appareils (sinon aux électorats) de droite et d’extrême droite qui sont hermétiquement inconciliables. La gauche et ses électeurs ont fait preuve d’une abnégation incroyable en faisant barrage à l’extrême droite mais il y a bien peu de signes perceptibles d’approbation de la majorité par ses propres électeurs. La ligne Marcrono-Vallsienne ne donne pour l’instant aucun résultat économique. Soit parce que les réformes entreprises dans une logique libérale ne sont décidément pas les bonnes, soit, justement parce que cette ligne n’est pas assez poussée pour produire des effets. Parallèlement m, F.Hollande incarne bien sa fonction quand la France est meurtrie, ou pour impulser la diplomatie, au moment de la COP21. Mais son empreinte sur l’état du pays reste quasiment inexistante.

Donc, comment peut-il envisager la présidentielle?

Bien si l’on raisonne cyniquement, c’est-à-dire si l’on se demande comment F.Hollande peut se maintenir au pouvoir plutôt que de se demander pourquoi faire, et bien oui, il y a un espace politique. Etroit, pas encore perceptible dans les sondages, un espace non pas dû à un quelconque projet politique que l’on verrait poindre, et dont on pourrait penser qu’il constitue un horizon potentiellement enthousiasmant pour une possible majorité de Français… non il y a un espace parce que la droite nous montre, en ce moment, qu’elle peut s’autodétruire et qu’il reste (mais jusqu’à quand) une majorité de Français assez déterminés pour faire barrage à l’extrême droite. Il y a un espace parce que F.Hollande a largement reconstitué son image de président grâce à la sphère régalienne. Un espace stratégique, électoral. Mais cet espace est pour l’instant désespérément vide de politique. Comment F.Hollande va -t-il le remplir dans les mois qui viennent ? Va-t-il tenter de dessiner un classique rassemblement de gauche qui risque de ne plus tromper personne ? Va-t-il rester sur le régalien, l’autorité, entretenu par un monde instable, une popularité peut-être retrouvée, usant et abusant de sa bonne incarnation de la fonction (comme F.Mitterrand en 1988) en lieu et place de contenu politique ? Va-t-il créer un axe des modérés de gauche et de droite en gardant sa ligne économique et en reformulant les valeurs républicaines ? Ou va-t-il tenter d’être novateur, de dessiner un nouvel horizon avec l’idée d’un autre modèle de croissance à construire, pour lequel la France aurait tous les atouts, un nouvel espoir, basé sur le succès de la COP21 ? Le président cherche encore. Mais réinventer un espoir, quand on n’a pas su concrétiser celui par lequel on a été élu, vu de cette fin 2015, ça paraît un défi, disons, très incertain.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.